Croissance mondiale : l’OCDE revoit à la baisse ses prévisions

© AP Photo / Ng Han GuanBourse. Image d'illustration
Bourse. Image d'illustration - Sputnik France
L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a revu à la baisse ses prévisions de croissance de l'économie mondiale.

Lundi noir sur les marchés financiers: le pire reste à venir - Sputnik France
"Lundi noir" sur les marchés financiers: le pire reste à venir
Cet indice augmente toutefois pour les États-Unis, mais baisse pour les pays émergents. La principale raison de ce changement de pronostic est le ralentissement de la croissance économique chinoise qui, selon les estimations de l'OCDE, coûtera 0,4-0,5% de croissance d'ici deux ans à l'économie mondiale. Dans ce contexte, l'organisation a appelé la Réserve fédérale américaine (Fed) à augmenter son taux directeur (la décision finale sera annoncée ce soir), à condition que la hausse ne soit pas brusque.

La croissance économique mondiale en 2015 va ralentir jusqu'à 3% par rapport à 3,3% en 2014. "Cela signifie, en termes de PIB par habitant, que la croissance ralentit depuis cinq années consécutives", explique le rapport trimestriel de mise à jour semestrielle du pronostic de l'OCDE publié hier. Pour l'instant, le FMI s'attend à une croissance de 3,3% cette année, et la Banque mondiale table sur 2,8%.

Afrique. Image d'illustration - Sputnik France
La crise chinoise déteint sur l'Afrique
En juin, les prévisions de l'OCDE restaient pourtant optimistes — l'organisation prédisait une croissance du PIB mondial de 3,1%. Mais malgré l'accélération de l'économie américaine (le pronostic de croissance pour cette année est passé de 0,4% à 2,4%), la chute des importations en Chine aura un impact négatif plus important sur la croissance globale.

La croissance du PIB chinois pourrait ralentir jusqu'à 6,7%, un chiffre inférieur au repère officiel de 7% (jusqu'à 6,5% en 2016). Le ralentissement chinois affectera avant tout les grands partenaires commerciaux de Pékin, ainsi que les pays fournisseurs de matières premières (à cause de la diminution de leurs tarifs mondiaux). Les difficultés de la Chine coûteront à l'économie mondiale 0,4% de croissance en 2016 et 0,5% en 2017.

La Bourse de Shanghai - Sputnik France
La Bourse de Shanghai s'effondre et entraîne les marchés européens
La réduction des importations chinoises en 2016 pourrait réduire le PIB de la Russie de 0,25%, et d'environ 0,5% en 2017. L'OCDE ne fait aucun pronostic sur la croissance russe, notant seulement que l'économie de la Russie et du Brésil pourraient revenir à une faible croissance en 2016 si les tarifs des hydrocarbures cessaient de chuter. La plus forte croissance d'ici deux ans sera affichée par l'Inde, l'un des principaux bénéficiaires des cours pétroliers bas (7,2-7,3% de croissance en 2015-2016).

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала