Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Viandes et fromages: huit producteurs suisses peuvent exporter en Russie

© Flickr / Derek Keyproduits,image d`illustration
produits,image d`illustration - Sputnik France
S'abonner
Le Service fédéral de contrôle vétérinaire et phytosanitaire (Rosselkhoznadzor) a autorisé huit des treize entreprises suisses examinées par ses experts à exporter en Russie du fromage et des produits carnés.

Le communiqué du service indique également que les cinq entreprises restantes pourraient accéder au marché russe après des négociations avec l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) de la Suisse.
Selon Rosselkhoznadzor, des inspections précédentes avaient révélé des manquements qui témoignaient de "la nécessité de renforcer le contrôle de la part de l'OSAV afin de garantir le respect des normes vétérinaires et sanitaires de l'UEEA et de la Fédération de Russie".

Les pommes. Image d`illustration - Sputnik France
Kerry n’exclut pas la levée des sanctions contre la Russie
En août 2014, le gouvernement russe avait riposté aux sanctions occidentales en imposant un embargo sur les importations de certains produits depuis les États-Unis, l'Union européenne, le Canada, l'Australie et la Norvège. Cette interdiction frappait les produits laitiers, y compris les fromages. La durée de cet embargo a été ensuite prolongée jusqu'au 5 août 2016, alors que la liste des produits et des pays producteurs a été élargie. La Suisse ne figure cependant pas sur cette liste noire et ne fait pas face à l'interdiction d'exporter en Russie ses fromages de qualité.
Aujourd'hui, selon les informations de l'Union laitière nationale, les magasins russes proposent généralement des fromages de production locale (80% du volume total). Il y a un an, la part des fromages importés se chiffrait encore à 30% voire à 40%.
Début octobre 2015, les médias — citant Rosselkhoznadzor — ont annoncé que près de 80% des fromages sur le marché russe ne l'étaient pas, car ils contenaient des graisses végétales. Le service russe a souligné plus tard que ses données n'avaient pas été interprétées correctement.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала