Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Arabie saoudite: un Conseil de transition en Syrie dans les mois à venir

© AFP 2021 STRAdel al-Jubeir
Adel al-Jubeir - Sputnik France
S'abonner
Le ministre des Affaires étrangères de l’Arabie saoudite, Adel al-Joubeir, a annoncé que les participants aux négociations de Vienne avaient conclu un accord préalable sur la formation d’un Conseil national de transition dans les cinq ou six prochains mois avec la participation de tous les représentants de la société syrienne.

D'après le ministre, le Conseil national de transition est tenu d'élaborer une nouvelle Constitution et de mettre sur pied tous les dispositifs indispensables aux élections présidentielles à venir dans un délai de 18 à 24 mois.

White House press secretary Josh Earnest speaks during the daily news briefing at the White House in Washington - Sputnik France
Pour Washington, pas de risque de conflit avec la Russie en Syrie
Il a également souligné que les deux questions principales sur lesquelles se pencheraient les participants aux négociations de Vienne au cours de la prochaine rencontre restaient toujours ouvertes: l'avenir politique du président Bachar el-Assad et l'implication de l'Iran dans le règlement du conflit syrien.

En outre, il a ajouté que la démission du président syrien devait avoir lieu avant les élections. "Le président Assad est censé quitter son poste au début du processus de transition politique en Syrie et pas à l'étape médiane", a-t-il relevé.

Jeudi 29 octobre, une nouvelle rencontre quadripartite s'est tenue à Vienne pour tenter d'avancer dans le règlement de la crise syrienne.

Protesters hold placards at the 'Stand up for Refugees' rally held in central Sydney. Australia is negotiating a deal with the Philippines to transfer asylum seekers being held indefinitely in controversial detention centres on remote, impoverished islands, Australia's immigration minister said on October 9, 2015 - Sputnik France
L’Australie expulsera-t-elle les migrants au Kirghizstan?
Vendredi, à l'initiative de Moscou, d'autres acteurs régionaux capables d'apporter leur contribution à la normalisation de la situation, notamment l'Egypte, l'Iran, l'Irak et le Liban, ont rejoint la Russie, les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et la Turquie dans la capitale autrichienne.

Certains participants aux négociations réclament le départ de Bachar el-Assad, d'autres déclarent au contraire qu'il ne revient qu'aux Syriens d'en décider. Les divergences sur le sort du président syrien demeurent.

 

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала