"Le manque de transparence dans le dossier odessite est une question de négligence"

© AFP 2022 GENYA SAVILOVRally in commemoration of Odessa victims
Rally in commemoration of Odessa victims - Sputnik France
Le manque d'indépendance et de transparence dans l'enquête menée par les autorités ukrainiennes sur l'incendie de la Maison des syndicats d'Odessa "n'était pas une question de mauvaise volonté, c'est une question de négligence", estime la conseillère juridique du Comité consultatif international du Conseil de l'Europe Clare Ovey.

Selon Clare Ovey, le comité consultatif n'a pas trouvé de volonté délibérée des autorités de Kiev de saboter l'enquête à propos des évènements d'Odessa. "Le comité a trouvé qu'il y avait des problèmes systématiques dans le service des poursuites en Ukraine. Tous les problèmes qui sont déjà là ont causé des problèmes dans l'enquête sur ces événements très dramatiques", déclare-t-elle, commentant la déclaration du Conseil de l'Europe faite mercredi.

Dans un rapport présenté à Kiev, le comité consultatif international créé à l'initiative du secrétaire général du Conseil Thorbjørn Jagland, a indiqué que l'enquête ukrainienne sur les évènements survenus à Odessa ne répondait pas aux exigences de la Convention européenne des droits de l'homme.

Mme Ovey estime que pour ces événements sans précédents en Ukraine, il y avait vraiment un manque d'expertise et de ressources. "Comme je l'ai dit, il y a un problème dans le système juridique en Ukraine: manque de personnel qualifié, de structure indépendante pour enquêter sur les allégations contre la police. Ce n'était pas une question de mauvaise volonté, c'est une question de négligence", explique-t-elle.

Le mandat du comité consultatif touche actuellement à sa fin, c'est donc désormais aux autorités ukrainiennes de poursuivre l'enquête, ce qu'ils sont en train de faire. "Dès le début il y avait des problèmes sur la collecte des preuves sur le lieu de l'évènement. Il y a des problèmes sur lesquels on ne peut pas revenir. Les enquêtes se poursuivent, et le comité consultatif a l'espoir qu'il y aura encore des poursuites et des procès", conclut Mme Ovey.

La tragédie de la Maison des syndicats est survenue le 2 mai 2014. Quarante-huit partisans du mouvement Antimaїdan ont péri dans un incendie organisé par des militants du groupe ultranationaliste Secteur droit. Plus de 214 personnes ont été blessées. Ce massacre n'a jamais été élucidé par les autorités ukrainiennes.

En mai dernier, un groupe de membres du Parlement européen ont demandé à l'Ukraine de présenter les résultats de l'enquête sur l'incendie de la Maison des syndicats d'Odessa.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала