"Poutine incarne l’espoir pour les Européens ordinaires"

© Sputnik . Aleksey Nikolskyi / Aller dans la banque de photosRussian President Vladimir Putin gives interview to Rossiya 1 TV anchor Vladimir Solovyov
Russian President Vladimir Putin gives interview to Rossiya 1 TV anchor Vladimir Solovyov - Sputnik France
Le président russe Vladimir Poutine est parvenu à restaurer l’image positive de la Russie en tant que garant de la stabilité mondiale, a déclaré le politologue Germano Dottori, chercheur à la Libre université internationale des études sociales de Rome, dans une interview accordée à l’agence Sputnik.

Analysant le rôle que la Russie et son président jouent sur la scène internationale, le politologue a mis en avant le discours de Vladimir Poutine à l'Assemblée générale de l'Onu en octobre 2015, "l'un des discours le plus important de tous les temps".

M. Dottori a souligné que le président russe "avait réaffirmé le rôle de la Russie en tant que garant de la stabilité à l'échelle mondiale", ce qui avait été bien accueilli par les Européens préoccupés par le chaos régnant sur leurs frontières.

"L'idée selon laquelle la Russie est en mesure de jouer le rôle de "stabilisateur" a considérablement amélioré l'image du pays, et l'opération militaire russe en Syrie en a constitué le premier pas", a fait remarquer le chercheur.

Président russe Vladimir Poutine - Sputnik France
Pourquoi il n'y aura pas de "Poutine français"
Concernant l'attitude des Européens envers le président russe, le politologue a relevé qu'en dépit des tentatives de certains médias occidentaux de dénigrer Vladimir Poutine, ce dernier était en passe de devenir une sorte de point de repère pour les citoyens ordinaires, et jouissait d'une grande popularité.

"M. Poutine incarne l'espoir et la confiance que la crise européenne, aggravée par une migration incontrôlable, sera réglée", a-t-il souligné.

"Cependant, l'establishment, en particulier en Europe occidentale, persiste dans sa conviction que les Etats-Unis sont dotés d'une superpuissance et que des relations trop étroites avec la Russie peuvent coûter cher. Certains hommes politiques reconnaissent, sous couvert d'anonymat, que les Russes ont raison, mais ils craignent de le déclarer publiquement", a expliqué le politologue.

Toujours est-il que nombre de fonctionnaires européens ayant largement critiqué la Russie pour avoir intégré la Crimée ont commencé à atténuer leurs propos après le lancement de l'opération aérienne russe en Syrie.

"A présent, le rôle et les démarches politiques de la Russie sont plus compatibles avec nos intérêts réels et notre politique, contrairement aux démarches qu'entreprennent les Américains", a précisé M. Dottori.

 

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала