Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Attentats: les réseaux sociaux comme outils de diffusion de l’information

© Sputnik . Alexander Kryazhev / Aller dans la banque de photosRéseaux sociaux
Réseaux sociaux - Sputnik France
S'abonner
Les attaques terroristes qui ont fait 132 morts et 349 blessés à Paris le 13 novembre dernier font réfléchir sur l'importance des réseaux sociaux et des technologies Internet.

Les événements tragiques de Paris ce vendredi ont une fois de plus montré comment les réseaux sociaux aident à faire face à ce qui se passe.

Facebook avec Safety Check et le drapeau français

Ainsi, de nombreux utilisateurs de Facebook ont pris connaissance des fusillades dans le centre de la capitale française grâce au service Safety Check qui a permis à ses membres se trouvant en région parisienne de rassurer leurs proches. Plus de 5 millions de personnes ont depuis vendredi soir utilisé ce bouton d'urgence activé spécialement par le réseau social.

 

Ce service a été inventé pour la première fois lors du tremblement de terre au Népal.

Selon Facebook, "lors de tels évènements, la communication est importante pour ceux qui se trouvent là-bas comme pour leurs amis et familles qui attendent n'importe quelles nouvelles. Les gens s'adressent à Facebook pour avoir des nouvelles de leurs proches, c'est exactement pour cela qu'on a créé le système de contrôle de sécurité (Safety Check) et l'avons lancé aujourd'hui pour les gens à Paris".

En effet, à la différence des portables, cette méthode est très efficace pour faire savoir simultanément à des centaines des personnes que vous êtes en sécurité.

De même, Facebook a proposé à tous ses membres de "colorer" leurs photos de profil aux couleurs du drapeau tricolore français pour exprimer ainsi sa solidarité et son chagrin aux victimes des attentats sanglants.

Twitter et Instagram avec les hashtags #porteouverte, #rechercheParis, #jesuisParis et #prayforParis

Le hashtag #porteouverte a été répandu sur Twitter par tous ceux qui étaient prêts à accueillir des personnes pour se réfugier en lieu sûr, ainsi que #rechercheParis qui était utilisé pour publier des photos de leurs proches dont ils sont toujours sans nouvelles.

 

En outre, les utilisateurs de Twitter, ainsi que d'autres réseaux sociaux comme Instagram, expriment leur solidarité en publiant des messages avec des hashtags comme #jesuisParis et #prayforParis.

L'image de la tour Eiffel, noire, dans un cercle noir, qui vient du Twitter du dessinateur Jean Jullien est devenue le symbole du deuil et de la solidarité avec les victimes de la tragédie.

 

La réalité de la terreur

Suite aux derniers attentats, l'une des photos publiées sur Instagram montre la salle de spectacle du Bataclan, où il y a eu plus de 80 morts.

De la même manière, des utilisateurs de Facebook décrivent sur leurs pages des récits détaillés de tout ce qui s'est passé lors de cette nuit tragique.

En réalité, les réseaux sociaux nous rapprochent ainsi de tous ces évènements, en dévoilant des photos qui ne pourraient pas être publiées par les médias.

Des fakes et des désinformations

Pourtant, comme toute autre source d'information, les réseaux sociaux ne peuvent pas toujours servir de document authentique. Et c'est surtout pendant ces tragédies qu'il faut analyser soigneusement toute sorte d'information.

Французские полицейские у театра Bataclan, где террористы захватили заложников - Sputnik France
Attentat au Bataclan: une vidéo de l'attaque publiée

Ainsi, par exemple, Twitter avait permis de relayer une photo qui, selon les auteurs a été prise juste avant le début de concert des Eagles of Death Metal dans la salle du Bataclan.

Plus tard, il a été indiqué qu'il s'agissait en fait d'une photo d’un concert ayant eu lieu à Dublin un jour avant les attentats de Paris.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала