Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

De la relative égalité des victimes du terrorisme international

© AP Photo / Kamil ZihniogluUn officier de police sécurise la zone en dehors du théâtre Bataclan à Paris, France, le mercredi 13 novembre 2015
Un officier de police sécurise la zone en dehors du théâtre Bataclan à Paris, France, le mercredi 13 novembre 2015 - Sputnik France
S'abonner
On a tous appris avec consternation les terribles attentats ayant frappé la ville de Paris. Comme toute attaque terroriste, ces attentats étaient cruels et barbares, et ont arraché un grand nombre de vies humaines.

La solidarité internationale avec les Parisiens, avec la France, a été pratiquement immédiate aux quatre coins du monde, dont en Russie où un très grand nombre de personnes ont affiché leur soutien au peuple français. Mais ce qui est véritablement dommage, c'est qu'une fois de plus on observe vraisemblablement des approches et des réactions différentes, notamment au niveau des médias, selon la géographie des attentats.

La femme avec les mots «Je suis de Paris lors d'un événement à la mémoire des victimes des attentats terroristes à Paris, tenue à Lima, Pérou - Sputnik France
Après les attentats, des câlins contre la stigmatisation
De nombreuses personnes ont constaté une évidente différence d'approche entre l'attentat de Paris et celui de Beyrouth, capitale libanaise, qui a précédé de vingt-quatre heures celui de la capitale française. Tout d'abord dans le cas de Beyrouth, une annonce a certes été faite dans les principaux médias mais assez banale: "Attentat terroriste dans le sud de Beyrouth". En ajoutant juste que le sud de la capitale libanaise est le fief du mouvement Hezbollah. Le fait que ce soit le Liban, voisin de la Syrie, qui ait été visé par les terroristes takfiristes (les mêmes ayant frappé Paris), et plus particulièrement le sud de sa capitale, n'est pas dû au hasard: les combattants du Hezbollah constituent l'une des principales forces de combat sur le terrain, en Syrie, contre les terroristes de l'EI, du Front al-Nosra et d'autres sectes extrémistes. Les terroristes ont donc spécialement visé l'endroit où se trouvent la plupart des sympathisants libanais du Hezbollah.

French Prime Minister Manuel Valls - Sputnik France
Terrorisme: Valls promet de moyens jamais vus aux forces de l'ordre
Mais, ce qui a choqué bon nombre d'observateurs, c'est le manque évident de solidarité globale avec les victimes de Beyrouth. Beaucoup de personnes interrogées dans différents pays ont d'ailleurs reconnu qu'elles n'étaient même pas au courant de l'attentat à Beyrouth, d'autres ont avoué l'avoir appris seulement après celui de Paris. L'autre aspect qui a créé un véritable débat houleux concerne le réseau social Facebook. D'une part, et après les attentats terroristes commis à Paris, les utilisateurs français de Facebook ont reçu une notification liée à l'activation de l'outil "Safety Check". Ainsi, les personnes vivant ou se trouvant de passage à Paris, pouvaient indiquer qu'ils étaient bien en sécurité. Sur le coup, excellente initiative. Mais, ce qui est effectivement révoltant, c'est que rien de tel n'a été fait pour les habitants ou les visiteurs de Beyrouth…

Second aspect, également sources d'importants débats: Facebook a développé un outil permettant aux utilisateurs d'apposer un filtre aux couleurs du drapeau français à leur photo de profil, leur donnant ainsi l'occasion de pouvoir exprimer leur soutien après les attaques de Paris. Une fois de plus, bonne initiative. Mais pourquoi rien de tel n'a été fait pour les victimes au Liban? Pourquoi rien de tel n'a été fait pour les passagers du vol 9268 reliant la ville égyptienne de Charm el-Cheikh à Saint-Pétersbourg, principalement des touristes russes de retour en Russie après des vacances en Egypte et qui ont tous trouvé la mort au-dessus de la péninsule du Sinaï, avec, pour rappel, 224 morts dont de nombreux enfants? Certains diront que, dans ce cas concret, et immédiatement après la tragédie, on ne pouvait affirmer s'il s'agissait d'un acte terroriste ou si une panne technique était la raison du drame. Mais, quoi qu'il en soit, le fait qu'il y ait eu autant de victimes ne méritait-il pas plus de solidarité de la part de ces mêmes réseaux sociaux ou moteurs de recherches internationaux (Google par exemple)?

Attentats de Paris - Sputnik France
Qui sont les auteurs des attentats de Paris?
Plusieurs personnes ont heureusement exprimé leurs condoléances au peuple russe à différents endroits du monde, et cela ne pouvait ne pas être remarqué. Mais, du côté des médias occidentaux et des réseaux sociaux, l'attention a été surtout portée sur les discussions des causes qui auraient pu être la raison du crash; l'aspect de solidarité humaine, lui, était bien loin. D'autres, sans aucune honte, comme un certain Charlie Hebdo, ont préféré carrément se moquer des victimes du drame.

Et l'attentat récent du 10 octobre dernier à Ankara, en Turquie, également l'œuvre de l'Etat islamique et ayant fait plus de 100 morts et environ 500 blessés, a-t-il provoqué un "buzz" ne serait-ce que comparable à celui de Paris? Et la mort des 148 étudiants kenyans, tués lors de l'attaque de l'université de Garissa par des terroristes membres de la secte salafiste somalienne Al-Shabbab? Bien-sûr, des personnes sensibles et informées dans différents pays du monde s'étaient mobilisées pour exprimer leur solidarité avec le Kenya, mais pourquoi ce même Facebook ne pouvait-il pas proposer alors aux utilisateurs du réseau d'arborer le drapeau kenyan, ce qui aurait d'ailleurs permis de relayer beaucoup plus cette terrible tragédie? Et la série d'attaques et d'attentats terroristes de janvier dernier par la secte islamiste Boko Haram (alliée de Daech), qui a fait plusieurs milliers de victimes au Nigeria, ne méritait-elle pas plus d'attention et de solidarité avec ce pays? Là encore, ne serait-ce qu'en proposant d'afficher le drapeau nigérian sur les profils de ce même Facebook? On peut en dire autant des attaques terroristes en Syrie, en Irak, au Cameroun, en Tunisie et dans bien d'autres pays…

Porte-avions français Charles de Gaulle - Sputnik France
Attentats à Paris: le Charles-de-Gaulle entre plus rapidement en action
Tout cela aucunement pour diminuer la tragédie parisienne qui nous a touché tous mais une fois de plus se poser certaines questions dont nous sommes en droit de penser qu'elles ont leur raison d'être. Le principal étant que chaque vie humaine est une vie humaine, peu importe notre appartenance ethnique, raciale, religieuse ou le pays de notre citoyenneté. Toute attaque terroriste mérite notre attention.

Que ce soit bien clair, nous condamnons tous les attentats commis à Paris. Ville d'autant plus qui m'est chère, car étant la ville de mes études universitaires, et qui abrite grand nombre de mes ami(e)s. Condoléances et soutien, une fois encore, à tous les Parisiens, à tous les Français, à toutes les personnes touchées, et bien sûr aux proches des victimes. Repos éternel à toutes les personnes ayant perdu la vie.

Mais je pense qu'en aucun cas les attentats commis à Paris ne doivent avoir plus d'importance et d'attention que ceux commis en Syrie, en Irak, au Liban, en Turquie, en Egypte, au Nigeria, au Cameroun, en Centrafrique, en Tunisie, et partout ailleurs. Il est bien d'attacher autant d'importance aux atrocités commises à Paris. J'y adhère pleinement. Ce qui est moins bien, c'est le manque parfois catastrophique d'attention envers les victimes des autres endroits du monde, surtout lorsque ces victimes appartiennent aux pays ne faisant pas partie du monde occidental. Dieu nous a créé tous égaux!

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала