Le renseignement allemand signale une nouvelle stratégie de Daech

© REUTERS / Stringer drapeau de l`Etat islamique, Iraq
drapeau de l`Etat islamique, Iraq - Sputnik France
Le chef du Service fédéral de renseignement allemand (BND), Gerhard Schindler, a accordé à la chaîne de télévision Spiegel TV sa première interview depuis son entrée en fonction il y a quatre ans. Dans cet entretien, il a fait état de la nouvelle stratégie internationale de l'Etat islamique (Daech).

Un terroriste de l'Etat islamique à Raqqa - Sputnik France
L'EI adopte les tactiques d'Al-Qaïda
Les révélations d'Edward Snowden, l'espionnage pratiqué par l'Agence nationale de sécurité (NSA) contre les alliés européens des Etats-Unis, la mise en place d'une commission du Bundestag chargée d'enquêter sur les écoutes de l'Elysée, de la Commission européenne et d'entreprises dans différents pays européens…  Le renseignement allemand fait actuellement l'objet d'attaques incessantes, constate Spiegel.

Dans sa première interview accordée depuis quatre ans qu'il dirige le BND, Gerhard Schindler a évoqué la nouvelle stratégie internationale de Daech.

"Il devient de plus en plus évident que l'Etat islamique envisage de transférer ses activités de son centre au Proche-Orient vers d'autres régions du monde et tente de s'associer aux attentats perpétrés par les djihadistes à travers le monde", a déclaré M.Schindler.

Selon lui, Daech envoie ses agents secrets dans d'autres pays en vue d'établir son contrôle sur des groupes terroristes régionaux. Cette pratique vise à s'assurer le soutien et l'obéissance de ces groupes afin de proclamer les territoires où ils opèrent "provinces de l'Etat islamique".

Le réseau de recrutement aux multiples facettes de Daech - Sputnik France
Le réseau de recrutement aux multiples facettes de Daech
"C'est ainsi que Daech tente de créer l'impression qu'il s'agit d'un réseau ramifié qui se propage de plus en plus dans le monde", a indiqué le chef du BND.

Durant tout le temps où l'équipe de tournage réalisait cette interview, les responsables du renseignement allemand ne cessaient de souligner que le BND opérait toujours dans le cadre de la loi. Désormais, Berlin semble avoir abandonné ce principe. Il y a quelques années, le BND a procédé aux écoutes d'un diplomate allemand et ce, malgré le fait que la Constitution interdit de surveiller les citoyens du pays à l'exception des cas où la personne surveillée fait l'objet d'un mandat spécial. Pour justifier cette pratique, les juristes du BND affirment que ce dernier ne surveillait pas l'intéressé en tant que citoyen, mais en tant porteur de certaines fonctions professionnelles au sein d'une organisation internationale. Et cela, c'est une tout autre chose.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала