"L’avion russe a été abattu suite à un ordre venu d'en haut"

© REUTERS / Reuters TV/Haberturk TVStill image from video showing a war plane crashing in flames in a mountainous area in northern Syria after it was shot down by Turkish fighter jets near the Turkish-Syrian border
Still image from video showing a war plane crashing in flames in a mountainous area in northern Syria after it was shot down by Turkish fighter jets near the Turkish-Syrian border - Sputnik France
Le militaire turc qui a abattu l'avion russe Su-24 en Syrie ne pouvait pas le faire de son propre chef, estime un expert.

L'homme qui a abattu l'avion russe le 24 novembre avait reçu un ordre venu d'en haut, a déclaré à RT Elmar Giemulla, spécialiste allemand en droit aérien. L'expert doute que cette démarche de la Turquie ait été spontanée.

"Le Su-24 n'a pas violé mais juste frôlé l'espace aérien turc, s'il l'a vraiment fait. Des choses pareilles arrivent régulièrement. Une action préméditée qui présente une menace pour le pays est considérée comme une violation du droit international. Dans ce cas-là, il n'y a eu rien de tel", a indiqué le juriste.

Maria Zakharova - Sputnik France
Tirer sur des pilotes désarmés? "Autodéfense", estime Washington
"Si un avion d'un Etat étranger viole les limites de votre espace aérien sans avoir obtenu l'aval des autorités, vous avez certes le droit de le faire atterrir ou de le forcer à quitter votre espace aérien. Ce bombardier a quitté de son bon gré l'espace aérien turc, il n'y avait donc aucune raison de prendre des mesures coercitives. La seule chose qu'on aurait pu faire c'est présenter une note diplomatique de protestation", a-t-il ajouté.

"Je ne crois pas que le soldat qui a appuyé sur le bouton l'ait fait sur sa propre initiative. Toute une série d'ordres doit précéder cette action, qui ne peuvent pas être obtenus en quelques secondes ou minutes. Ce processus prend des heures. A mon avis, ce qui s'est passé ne peut être expliqué que par le fait que les soldats avaient reçu un ordre venu d'en haut: "A la moindre violation de l'espace aérien turc, appuyer sur le bouton immédiatement", conclut M. Giemulla.

Turquie - Sputnik France
"La Turquie montre ses terribles facettes que l'Occident ne veut pas voir"
Le 24 novembre, un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l'opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s'est écrasé sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l'espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16. Le président russe a considéré cet acte comme un "coup dans le dos" de la Russie.

Un des pilotes du bombardier russe a été tué depuis le sol alors qu'il effectuait un vol en parachute après s'être éjecté. Le second pilote a été sauvé par les unités spéciales russes et l'armée syrienne, il est sain et sauf. Le pilote rescapé a indiqué n'avoir reçu aucune sommation ni mise en garde avant que son avion soit abattu.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала