A Jakarta, la Russie et l'Asie pensent leur avenir

Intellectuels, diplomates, hommes d'affaires et personnalités publiques du Club de discussion international Valdaï se sont réunis à Jakarta, la capitale de l'Indonésie, pour évoquer l'avenir du continent asiatique et le rôle de la Russie dans les processus qui s'y déroulent.

L'Indonésie semblait un choix évident pour accueillir le Forum: le pays se développe très rapidement, nourrit de grandes ambitions, et d'une manière plus générale les pays d'Asie ont atteint des niveaux fantastiques de progrès économique et social. Aujourd'hui, le centre de gravité du monde s'est déplacé vers l'Asie, nouvelle locomotive de la croissance économique mondiale. Le continent se voit également doter de nombreuses institutions internationales, dont certaines sont susceptibles d'influencer le système mondial et l'équilibre des forces.

L'objectif de cette rencontre des intellectuels russes et étrangers était donc de trouver des réponses aux questions importantes posées aujourd'hui par l'Asie. Comment cette région du monde va se développer et quelles sont les perspectives de participation de la Russie à ce processus? Comment adapter les particularités de développement national et régional aux défis du système économique global? Est-ce que les économies asiatiques pourront passer au niveau supérieur de qualité pour répondre aux exigences de la classe de consommateurs, qui monte en puissance dans la région? Quel est le rôle de la Russie dans le développement de la région et comment les acteurs régionaux voient-ils Moscou?

Vladimir Poutine - Sputnik France
Poutine se voit en "colombe aux ailes de fer"
Les participants ont activement échangé leurs points de vue sur le problème de la sécurité dans la région et relevé deux processus à première vue contradictoires: d'une part, la croissance économique, la recherche active de formats d'intégration et le désir de coopérer; de l'autre la montée du potentiel conflictuel en Asie. En effet, plus la région devient un centre d'activité économique globale, plus nombreux sont ceux qui vont s'y intéresser — entraînant l'apparition de partenariats et d'alliances commerciales, mais également de conflits.

Sur la coopération de la Russie avec les pays d'Asie dans divers domaines — la sécurité, l'économie, le commerce, les investissements, l'éducation et la culture — on a notamment proposé d'attirer en Russie davantage d'étudiants asiatiques dans le cadre de l'internationalisation du système d'éducation supérieure russe. On a aussi souligné le besoin d'établir un contact entre les centres de recherche russes, les communautés d'experts et les établissements asiatiques de spécialité similaire.

L'incident tragique du Su-24 russe abattu par la Turquie n'a pas été évoqué officiellement à Valdaï, mais on en a entendu parler dans les couloirs du Forum. "L'attitude envers la Russie est relativement prudente au vu des événements depuis un an", a déclaré l'ex-ambassadeur d'Australie à Singapour et en Malaisie Miles Cooper. Et de poursuivre: "La crise en Ukraine, en Iran, en Syrie… Ajoutez à cela tout ce qui concerne la Crimée…

Vladimir Poutine lors de la 12e réunion du club de discussion international Valdaï - Sputnik France
Syrie: les arguments de Poutine prennent du poids à l'étranger
C'est pourquoi l'incident du Su-24 doit faire l'objet d'une enquête très sérieuse. Mais en soi la réaction de la Russie aux événements me semble raisonnable". Le directeur du centre ANASE auprès de l'Institut d'État des relations internationales de Moscou (MGIMO), Viktor Soumski, a été plus explicite: "Je pense que la Turquie sortira perdante et qu'elle ne peut s'en prendre qu'à elle-même. Cette histoire, je crois, a mis la puce à l'oreille de plusieurs autres membres de l'Otan. Cet excès tragique a été perçu comme une mise en évidence du déséquilibre, comme un événement qui n'était pas dicté par la situation réelle. Erdogan et d'autres hauts responsables turcs affirment qu'ils n'étaient pas au courant de l'affaire, mais de toute évidence ils ont donné l'ordre d'abattre l'avion militaire russe à la première occasion".

Le Club Valdaï a posé plus de questions qu'il n'a donné de réponses. Les experts du club devront donc sérieusement réfléchir à ce que souhaite la nouvelle Asie, et ce que la Russie pourrait entreprendre dans la région asiatique.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала