Qualité de l’air: Moscou dans le peloton de tête des grandes villes mondiales

© Sputnikparc à Moscou
parc à Moscou - Sputnik France
La capitale russe bénéficie d’une pureté de l’air que de nombreuses mégapoles pourraient lui envier.

Moscou, 15 millions d’habitants, jouit d’une qualité de l’air enviable, avec 186 jours d’air pur par an et 131 jours de pollution modérée, indique le site français Plume Labs.

Selon la ressource, la capitale russe enregistre en outre 46 jours de pollution forte, 1 jour par an de pollution très forte, et pas un seul jour de pollution extrême.

A titre de comparaison, Berlin ne compte que 89 jours d’air pur par an, 221 de pollution modérée, et 54 de pollution forte (pas un seul jour de pollution très forte et extrême). Sidney (Australie) affiche de son côté 48 jours d’air pur et 235 de pollution modérée par an.

Alerte rouge à Pékin - Sputnik France
"Alerte rouge" à Pékin
Paris, ville hôte de la COP21, fait également moins bien que sa consœur russe (25 jours d’air pur, 217 de pollution modérée, 116 de pollution forte, 7 de pollution très forte, et 0 de pollution extrême).

Même Oslo, en Norvège, affiche des résultats inférieurs à ceux de Moscou (130, 175, 58, 2, 1). La capitale russe fait aussi mieux que New-York (92, 222, 50, 0, 0) en nombre de jours d’air pur et si l’on cumule le nombre de jours d’air pur et de pollution modérée.

Les «mauvais élèves» se situent en Asie: ainsi, les habitants de New Delhi subissent 248 jours de pollution extrême pour un jour d’air pur seulement par an, tandis que Shenyang, en Chine, compte 99 jours de pollution très forte et 69 de pollution extrême par an.

COP21 - Sputnik France
COP21: dernière conférence avant l'apocalypse
Ottawa, au Canada, affiche comme Moscou d’excellents résultats avec 192 jours d’air pur et 156 de pollution modérée. Montréal, avec 203 jours par an d’air pur, s’impose comme une des villes où l’air est le plus sain.

Le site français Plume Labs réunit une application et un site internet qui donne le niveau de pollution de l'air dans 220 villes du monde en temps réel. Ce site français, avec ses cartes interactives, permet donc de savoir où l’on est exposé aux particules fines, au dioxyde d'azote et à l'ozone dans 11 villes de France et dans les grandes villes mondiales.

© Photo Plume Labsle site français Plume Labs, pureté de l’air à Moscou
le site français Plume Labs, pureté de l’air à Moscou - Sputnik France
le site français Plume Labs, pureté de l’air à Moscou
© Photo Plume Labsle site français Plume Labs, pureté de l’air à Moscou
le site français Plume Labs, pureté de l’air à Moscou - Sputnik France
le site français Plume Labs, pureté de l’air à Moscou

Ce site se base sur les données de pollutions mesurées dans près de 11.000 stations. Ces dernières fournissent chaque jour un demi-million de données, qui sont rendues lisibles grâce à des algorithmes basés sur les niveaux d'alerte à la pollution de  l'OMS. Des algorithmes permettent en outre d'anticiper les trajets de la pollution d'une région à l'autre.

Plume Labs est l'une des 21 start up ambassadrice de la french technologie à la COP21.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала