Pourquoi ne pas bombarder l’ennemi ?

© Flickr / DVIDSHUBPourquoi ne pas bombarder l’ennemi ?
Pourquoi ne pas bombarder l’ennemi ? - Sputnik France
Les services de renseignements américains connaissaient les emplacements des centres de médias de DAECH, mais ces derniers n’ont jamais fait l’objet de frappes aériennes. Le congrès n’a toujours pas déclaré de guerre. Pourquoi ?

Voici un an tout juste (Août 2014), une coalition fut menée par les Etats-Unis et leurs alliés à l'encontre de DAECH et du Front Al-Nosra. Cette coalition n'a pas été regardante sur les moyens: deux porte-avions (un américain, un français), pas moins de 4900 frappes aériennes en un an, plusieurs centaines de civils victimes de « dommages collatéraux », un milliard de dollars dépensés par mois seulement du côté américain (sans tenir compte des 22 autres pays impliqués, ou des coûts humains).

Des cartouches - Sputnik France
Le Pentagone continue à armer l’opposition syrienne
Selon le Secrétaire d'Etat à la défense Ashton Carter, le Budget annuel militaire de 2016 est de 500 milliards de dollars (dépenses militaires « de base », sans compter 51 milliards de fonds de guerre supplémentaires inclus dans le budget des Opérations d'urgence d'outre-mer (OCO)) après vote du Congrès.

Mais ces données changent systématiquement, à mesure que le temps passe et à mesure que l'on creuse nos recherches sur les coûts véritables de la guerre pour le contribuable américain. De nombreux programmes budgétaires civils (éducation, santé, transport) ont été grevés pour permettre de maintenir des dépenses militaires supérieures à tous les autres budgets militaires du monde combinés.

U.S. Air Force F-15E Strike Eagle sits after shortly landing Nov. 12, 2015, at Incirlik Air Base, Turkey - Sputnik France
Les Etats-Unis rappellent 12 chasseurs de Turquie
Au-delà des chiffres, qu'ont fait les Etats-Unis et la coalition? Pourquoi des chiffres astronomiques, alors que DAECH reste encore l'ennemi public numéro un pour des pays aussi différents que les Etats-Unis, la Russie, la France ou l'Iran, et continue de progresser sur le terrain, de recruter des djihadistes à travers le monde?

Pour Nikola Mirkovic, politologue, il n'y a pas eu grand-chose concrètement depuis le lancement de la coalition.

Quelques combats sporadiques et l'assassinat d'Abou Salah (note: le financier de DAECH), mais un an et demi plus tard, DAECH existe encore, comportant entre 20 000 et 30 000 étrangers djihadistes sur les sols syriens et irakiens (région peuplée de 9 millions d'habitants), ce que confirment les services de renseignements américains: c'est le « stalemate », donc une impasse. C'est un échec militaire au regard du nombre d'avions de combat déployés, alors que l'ensemble de la région plonge dans la guerre.

Barack Obama, presidente de EEUU - Sputnik France
Obama annonce le début des opérations au sol en Syrie
On est en droit dès lors de savoir si une intervention au sol serait plus judicieuse, au regard de l'inefficacité des bombardements.

Les militaires américains y avaient pensé au début, mais ils ont préféré profiter de leur supériorité aéronautique. Les soldats américains et la population américaine ont gardé un traumatisme des conflits dans lesquels ils étaient engagés au sol (Viêt-Nam, Afghanistan, Irak), et Obama ne veut pas prendre de risques au sein du Moyen-Orient, où les succès militaires américains ont été limités. Les Américains ne se voient pas se battre à nouveau dans une guerre confuse (Front al-Nosra, Al-Qaeda, DAECH), et difficile à présenter au public américain. Le gouvernement américain est donc dans une situation délicate aujourd'hui, rendant impossible la justification d'une intervention au sol, alors qu'il s'agit d'une stratégie mise en avant par de nombreux spécialistes.

Les coûts de l'intervention sont très difficiles à chiffrer. Certains Parlent de plusieurs Milliards de Dollars, d'un budget de 500 Milliards de Dollars (mis en avant par le Congrès pour le budget 2016). Pourquoi les centres de médias de DAECH n'ont pas encore été bombardés, et pourquoi la guerre n'a toujours pas été déclarée, alors que le Front Al-Nosra et DAECH profitent de l'asymétrie de leurs moyens pour pouvoir faire leur propagande sur internet, et sur laquelle les Etats-Unis devraient se focaliser?

Ashton Carter - Sputnik France
Les USA demandent à la coalition d'utiliser des commandos contre Daech
Ceci prouve que les Américains ont le pouvoir militaire de détruire DAECH: moyens financiers (3-4 Milliards dépensés sur un budget d'au bas mot 800 Milliards) et technologiques. Ils se sont servis (directement ou indirectement) de ces groupes pour renverser Al-Assad, ce qui est une finalité.

Si les centres de médias de l'Etat Islamique n'ont pas encore été bombardés, c'est officiellement pour éviter de tuer des civils au sol (action interdite par les Conventions de Genève); mais cela n'a pas empêché l'aviation américaine de bombarder la Radio de Serbie, ni une ambassade en Serbie, ni un hôpital militaire en Afghanistan. Auraient-ils appris de leurs erreurs passées? On peut en douter. DAECH a tout intérêt à entrainer les forces présentes dans la région. Les forces qui resteront verront les cartes redistribuées.

En clair, la guerre menée sur le terrain par la coalition relève de concepts militaires dépassés (guerre classique post-1945), alors que DAECH se sert de tactiques propres à la guerre asymétriques (se cacher au sein de la population, utilisation d'internet pour la propagande et le recrutement), tout en employant des armes lourdes, voire de grande portée.

Soldats saoudiens - Sputnik France
L'Arabie saoudite forme une coalition islamique anti-terroriste de 34 pays
En parallèle la guerre cybernétique et économique fait rage, et toute réponse coercitive se limite à des frappes aériennes, dont le leitmotiv a depuis longtemps montré ses limites (ex: la guerre du Viêt-Nam, le conflit entre Israël et le Hezbollah en 2006).

La meilleure arme du terrorisme est de pouvoir passer inaperçu. Or la riposte actuelle est inappropriée. Pour reprendre les propos tenus par François-Bernard Huyghe dans son ouvrage « La Quatrième Guerre Mondiale » (Editions du Rocher, 2004), c'est la recherche d'une sécurité totale qui est en cause: zéro soldats morts, et une victoire tactique qui n'existe pas sur le long terme, dont DAECH n'a cure: les djihadistes se moquent de leurs pertes.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала