Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Quels dirigeants les USA espionnent-ils?

S'abonner
Les services de renseignement américains continuent d'intercepter les conversations téléphoniques de certains chefs d'Etats, bien que Barack Obama ait promis de mettre un terme aux écoutes officieuses, selon des médias.

Afin de parvenir à ses fins dans le cadre du programme nucléaire iranien, Washington n'a pas hésité à recourir aux écoutes téléphoniques des personnes concernées.

Surveillance - Sputnik France
La NSA arrête de recueillir des informations sur les échanges téléphoniques
C'est ainsi qu'"ont été interceptées des conversations téléphoniques entre Benyamin Netanayahou (premier ministre israélien, ndlr) avec ses adjoints, ce qui a provoqué plus tard de la méfiance entre les deux Etats et créé un champ de mines politique" à l'époque de la visite du premier ministre israélien aux Etats-Unis cet automne, divulgue le Wall Street Journal.

Selon le journal, des écoutes ciblaient, entre autres, les conversations des officiels israéliens avec des législateurs américains ainsi qu'avec les membres des organisations hébraïques basées aux Etats-Unis.

Cependant, l'administration d'Obama a dressé à huit clos une liste de dirigeants à ne pas mettre sur écoute de l'Agence nationale de la sécurité (NSA).

Espionnage - Sputnik France
La justice US diffère l'interdiction d'espionnage par la NSA
Ainsi, au nombre des "dispensés d'interception", on trouve le président français François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel ainsi que d'autres dirigeants des pays-membres de l'Otan, précise le média.

Néanmoins, le président turc Recep Tayyip Erdogan ainsi que le premier ministre israélien Benyamin Netanayahou, eux, n'ont pas eu la chance de garder leurs conversations téléphoniques en secret.

La Maison Blanche a en outre donné carte blanche à l'Agence nationale de la sécurité pour choisir si tel ou tel autre renseignement devait être partagé avec d'autres départements de l'Etat. Cela a notamment permis de brouiller certaines pistes dans les cas où il fallait cacher des documents susceptibles de compromettre Washington.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала