Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Valls: pas d’indépendance pour la Corse

© AFP 2021 Yannick GrazianiDrapeau corse , la préfecture à Ajaccio
Drapeau corse , la préfecture à Ajaccio - Sputnik France
S'abonner
Le premier ministre français Manuel Valls a rejeté la possibilité de toutes formes de pourparlers sur l’indépendance de la Corse.

Dans une interview au Parisien, le premier ministre français s'est exprimé fermement sur la situation dans l'île de Beauté, qui constitue une collectivité territoriale à statut particulier administrée par une Assemblée et un conseil exécutif. Selon M. Valls, la Corse est "l'une des régions les plus décentralisées du pays".

"Certains parlent d'une nation corse. Mais je ne sais pas trop ce que cela veut dire. Il n'y a qu'une seule nation, la nation française", a souligné le premier ministre.

"Il n'y a donc pas de séparation possible. L'attachement de la Corse à la République française n'est et ne sera jamais négociable", a annoncé le premier ministre français.

Une salle de prière musulmane saccagée en Corse - Sputnik France
Salle de prière musulmane saccagée en Corse: Valls dénonce une profanation inacceptable
La semaine passée, la situation sur l'île s'est aggravée en raison de manifestations anti-islamiques. Les incidents du 26 décembre se sont déroulés devant la préfecture d'Ajaccio après qu'un groupe de migrants a attaqué et blessé deux pompiers et un policier. Un groupe de manifestants s'est dirigé dans le quartier arabe, en saccageant chemin faisant une salle de prière musulmane et tentant de mettre le feu à de nombreux livres, dont des exemplaires du Coran.

"Mais, les événements des derniers jours l'ont démontré: ce que demandent les Corses, ce n'est pas moins, mais plus d'Etat", a noté M. Valls. Ayant qualifié ces violences "d'inacceptables", il a promis de trouver et punir les coupables.

Le président du Conseil exécutif de Corse depuis les récentes territoriales, Giles Simeoni, s'oppose à Manuel Valls et se dit pour l'indépendance de l'île. Dans une interview à la radio Europe-1 il a rappelé que "la Corsé était encore un état indépendant au cours du 18ème siècle, et que l'existence du peuple corse est une réalité objective". M. Simeoni a dit regretter que les autorités françaises abordent ainsi la question corse "sans vouloir admettre les faits évidents".

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала