Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ex-président tchèque: un "tsunami migratoire" va déferler sur l'Europe

© AP Photo / Darko BandicMigrants cue to enter Austria in Sentilj, Slovenia, Thursday, Oct. 29, 2015.
Migrants cue to enter Austria in Sentilj, Slovenia, Thursday, Oct. 29, 2015. - Sputnik France
S'abonner
L'année 2016 marquera le début d'une puissante vague migratoire, qui est loin de se terminer, estime un ex-président tchèque.

L'Europe sera confrontée en 2016 à un "véritable tsunami migratoire", estime l'ancien président tchèque Vaclav Klaus.

"Nous sommes sur le seuil d'une nouvelle époque de mouvements migratoires. Certains (en Europe) pensent que la vague de migrations a déjà cessé. Mais elle ne fait que commencer, un véritable tsunami est sur le point d'arriver", a-t-il confié à la chaîne de télévision pragoise Prima TV.

Le premier ministre tchèque Bohuslav Sobotka - Sputnik France
Migrants: Prague en appelle à la Russie pour résoudre la crise
Selon M. Klaus, les Européens ont laissé leurs portes ouvertes et en récoltent les fruits. La vague migratoire, pense-t-il, ne peut pas être arrêtée au centre du continent, par exemple en Allemagne. "Les réfugiés doivent être stoppés aux frontières de l'espace Schengen", a-t-il souligné.

Les Tchèques n'ont pas encore véritablement senti l'afflux des migrants, ils n'en ont entendu parler que dans les médias. "Nous ne sommes pas à Budapest, à Vienne, à Salzbourg ou à Munich pour voir des milliers de migrants", a indiqué l'ex-président.

Migrants march along the highway towards the border with Austria, out of Budapest, Hungary, September 4, 2015. - Sputnik France
Migrants: "fermez la porte, ils entreront par la fenêtre"
Les quotas contraignants d'accueil de migrants proposés par la Commission européenne seront finalement acceptés par la République tchèque, qui a protesté contre cette mesure, estime-t-il.

Les autorités tchèques "diront oui quand ils recevront l'ordre d'accueillir 1.700 réfugiés et lorsqu'il y en aura dix fois plus, 17.000, ils diront oui aussi. Lorsqu'ils ordonneront d'en accueillir 170.000, je ne sais pas comment elles réagiront". Les quotas, cependant, sont incapables de régler le problème des migrants, selon Vaclav Klaus.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала