Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les juifs de Marseille appelés à enlever la kippa

© AP Photo / Francisco SecoKippas. Image d'illustration
Kippas. Image d'illustration - Sputnik France
S'abonner
Le président du Consistoire israélite de Marseille Zvi Ammar a appelé la communauté juive de la ville à enlever la kippa, après l'agression d'un enseignant juif le 11 janvier.

M.Ammar appelle les juifs "à enlever la kippa dans cette période trouble, jusqu'à des jours meilleurs".

Face à l'agression à la machette d'un professeur juif à Marseille, "on est obligé de se cacher un petit peu", a estimé le président du Consistoire, qui dit n'avoir "pas le choix".

"Aujourd'hui, devant la gravité des évènements (…) il faut prendre des décisions exceptionnelles, et, pour moi, la vie est plus sacrée que tout autre critère", a jugé le président du Consistoire israélite.

"Malheureusement pour nous, on est ciblés: dès qu'on est identifiés, qu'on est juifs, on peut être agressés et même risquer la mort. Là, on a franchi un pas d'une extrême gravité", a-t-il ajouté.

Le gouvernement fait "tout pour nous assurer le maximum de protection", a poursuit Zvi Ammar, mais "on ne peut pas demander plus. On ne va pas mettre un policier, un gendarme ou un militaire derrière chaque juif", a-t-il conclu cité par France TV.

A l'heure actuelle, Marseille est la deuxième communauté juive en France après celle de Paris et de la région parisienne. Elle compte 70.000 membres sur une population de 855.000 habitants.

L'Assemblée nationale française - Sputnik France
Deux députés portent la kippa dans les couloirs de l'Assemblée
Un professeur juif a été agressé lundi 11 janvier en pleine rue de Marseille par un mineur armé d'une machette se revendiquant au groupe terroriste Etat islamique (EI, Daech). L'auteur de l'agression a quitté mardi après-midi les locaux de la police marseillaise pour être transféré à la sous-direction antiterroriste à Levallois (Hauts-de-Seine), selon la police. Le suspect de 15 ans, dont la garde à vue ne peut dépasser 48 heures en raison de son âge, devrait ensuite être présenté à un juge d'instruction antiterroriste, pour une possible mise en examen.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала