Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Un ministre saoudien justifie l’exécution du dignitaire chiite al-Nimr

© AFP 2021 Mahmoud ZayyatFemmes iraniennes protestant contre l'exécution de Nimr al-Nimr
Femmes iraniennes protestant contre l'exécution de Nimr al-Nimr - Sputnik France
S'abonner
L'exécution par l’Arabie saoudite du haut dignitaire chiite Nimr al-Nimr, très critique du régime, avait déclenché la colère des chiites et débouché sur la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran.

Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Joubeir a soutenu la légitimité de l'exécution du haut dignitaire chiite Nimr al-Nimr, l'accusant d'avoir été un terroriste n'ayant aucun rapport avec la religion, selon son interview accordé à CNN.

"Nimr al-Nimr était un terroriste et pas un chercheur religieux", a martelé le ministre dans une interview à la CNN.

Selon lui, al-Nimr "recrutait, justifiait, finançait, équipait (les terroristes), conspirait et participait à des attentats qui ont fait des morts parmi les forces de sécurité".

Nouri al-Maliki - Sputnik France
L'exécution d'al-Nimr conduira à l'effondrement de l'Arabie saoudite
Le cheikh Nimr avait été condamné à mort en octobre 2014 pour "sédition", "désobéissance au souverain" et "port d'armes" par un tribunal de Riyad spécialisé dans les affaires de terrorisme. Son arrestation en juillet 2012 s'était déroulée de manière mouvementée et deux de ses partisans avaient été tués au cours des manifestations qu'elle avait provoquées.

L'exécution d’al-Nimr aux côtés de 46 condamnés pour terrorisme le 2 janvier en Arabie saoudite a provoqué la colère de Téhéran et des chiites du Proche-Orient. Plusieurs missions diplomatiques saoudiennes en Iran ont été attaquées par des manifestants chiites. 

Riyad a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran. Dans le sillage de l'Arabie saoudite, Bahreïn, la Somalie, le Soudan et Djibouti ont également rompu avec l'Iran. Les Emirats arabes unis ont pour leur part décidé de réduire leurs relations diplomatiques avec Téhéran alors que le Koweït et le Qatar ont rappelé leurs ambassadeurs.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала