Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Pourquoi les Américains sont les moins heureux en avion

© Sputnik . Maxim Blinov / Aller dans la banque de photosAirbus A330
Airbus A330 - Sputnik France
S'abonner
Le taux de satisfaction d’un voyageur est directement lié à son poids, révèle une récente étude.

35% des voyageurs seulement avouent être "très satisfaits" de leur dernier vol, indique une étude menée par l'Airline Passenger Experience Association (APEX).

Les nord-américains sont les passagers qui se plaignent le plus du manque de confort à bord, révèle l'APEX. À l'inverse, les asiatiques sont généralement satisfaits de leur vol. La cause d'un tel écart? Et non, ce n'est pas la différence des mentalités, mais tout simplement le tour de taille, conclut l'étude.

Les habitants de l'Amérique du Nord s'avèrent être les passagers les plus lourds, observe l'APEX. La source établit également un lien direct entre le niveau de la satisfaction des passagers et leur poids. Il en découle que plus le passager a de l'embonpoint, plus il est mécontent de son voyage.

Le lien existant entre le poids d'un passager et son expérience de vol devient d'autant plus évident que 70% des sondés citent le confort dans la cabine comme l'aspect du vol le plus important, passant devant le divertissement, la qualité du service et le repas.

Sièges trop étroits, peu d'espace pour les jambes, écart entre les passagers trop réduit, tels sont les facteurs qui suscitent le plus de mécontentement. Selon l'étude, 6 passagers sur 10 sont prêts à payer pour avoir plus d'espace personnel à bord.

Compte tenu du fait qu'un passager américain sur quatre pèse plus de 91 kg, le mécontentement des voyageurs d'outre-Atlantique est compréhensible. En revanche, le poids des 71% des passagers asiatiques ne dépasse pas 68 kg, ce qui explique en grande partie le caractère beaucoup plus satisfaisant de leur expérience à bord.

De plus, le document montre que les passagers de la classe économique, probablement trop serrés dans leurs sièges, s'avèrent moins sociables que les voyageurs de la première classe. Les trois quarts de ces derniers avouent passer le temps du vol à parler avec d'autres passagers alors que les passagers de la classe économique ne sont quant à eux qu'un peu plus de la moitié à entamer une conversation avec leurs compagnons de voyage.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала