Assange pourrait quitter l'ambassade d'Equateur après l'avis de l'Onu

© AP PhotoJulian Assange
Julian Assange - Sputnik France
Fort du soutien d'un comité de l'Onu qui doit officiellement déclarer ce vendredi sa détention illégale, Julian Assange pourrait quitter pour la première fois depuis 2012 l'ambassade d'Equateur à Londres, devant laquelle des sympathisants appellent à se rassembler.

Dès jeudi, la Suède a confirmé qu'un groupe de travail de l'Onu sur la détention arbitraire avait rendu un avis favorable, mais non contraignant, sur la demande de WikiLeaks, dont Julian Assange est le fondateur, de dénoncer ses conditions de séjour forcé dans l'ambassade d'Equateur.

Alors que la décision officielle de l'Onu doit être rendue publique vendredi à 08h00 GMT, Julian Assange a d'ores et déjà annoncé une conférence de presse à 12h00 GMT au Frontline Club, un lieu de conférence du nord de Londres, bien loin de l'ambassade équatorienne située dans le quartier chic de Knightsbridge.

​​"Julian et ses avocats seront présents pour parler de la décision et de ses ramifications pour WikiLeaks, la Suède et le Royaume-Uni", peut-on lire dans le communiqué de presse de WikiLeaks.

L'incertitude demeure en outre sur le bénéfice que l'Australien pourrait tirer de l'avis du groupe de travail de l'Onu.

Le parquet suédois et les autorités britanniques se sont ainsi empressés d'assurer que sa décision ne changeait rien à la situation de l'Australien qui risque toujours d'être arrêté s'il quitte son refuge.

​Elle n'a "aucune incidence formelle sur l'enquête préliminaire en cours dans le cadre de la loi suédoise", a indiqué dans un communiqué le parquet suédois, chargé de l'enquête sur des accusations de viol lancées par une Suédoise en 2010.

Ces magistrats souhaitent l'entendre à l'ambassade d'Équateur à Londres, dont il n'est pas sorti depuis juin 2012. Ils ont émis contre lui un mandat d'arrêt européen.

​Le gouvernement britannique a lui assuré que du fait de ce mandat d'arrêt, il était "légalement obligé d'extrader M. Assange".

Pour l'avocat belge de M. Assange, Christophe Marchand, le Royaume-Uni, tout comme la Suède, doit "respecter la décision du groupe de travail basée sur la convention de l'Onu sur les droits civils et politiques" et "avoir à cœur de libérer Assange".

Le groupe de piratage informatique des Anonymous a relayé sur les réseaux sociaux un appel à se rassembler devant l'ambassade équatorienne pour appeler à la libération du militant, avec le hashtag #FreeAssange.

​​L'Équateur, qui lui a accordé l'asile politique en août 2012, lui a garanti la poursuite d'un soutien sans faille, indique l'AFP.

M. Assange refuse de se rendre en Suède de peur d'être extradé vers les États-Unis, où il pourrait se voir reprocher la publication par WikiLeaks, en 2010, de 500.000 documents classés secret défense sur l'Irak et l'Afghanistan et 250.000 communications diplomatiques.

La principale source des documents publiés, le soldat américain Bradley Manning (devenu Chelsea), a été condamné à 35 ans de prison pour espionnage.

© SputnikAssange prend son envol
Assange prend son envol  - Sputnik France
Assange prend son envol
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала