Erdogan fait comprendre que la Turquie rejoindra la guerre en Syrie, si nécessaire

© AP Photo / Burhan OzbiliciLe président turc Recep Tayyip Erdogan
Le président turc Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
Le président turc a déclaré que son pays devrait éviter de faire en Syrie la même erreur que celle commise en Irak en 2003, lorsque la Turquie avait refusé d'accueillir sur son sol les troupes américaines et de rejoindre la coalition internationale qui a mis fin au régime de Saddam Hussein.

Le chef de l'Etat turc, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré qu'Ankara devait éviter la réédition en Syrie de la situation qui s'était créée à l'époque de l'intervention des forces de la coalition internationale en Irak en 2003, rapporte l'agence Bloomberg.

"Nous ne voulons pas commettre en Syrie la même erreur qu'en Irak", a déclaré le dirigeant turc, avant de rappeler qu'en 2003 Ankara avait refusé d'accueillir sur son sol les troupes américaines et n'avait pas rejoint la coalition internationale qui avait renversé le président irakien Saddam Hussein.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
La quête du pouvoir absolu d’Erdogan pourrait coûter cher à la Turquie
"Il est crucial de voir l'horizon. Ce qui se passe en Syrie ne peut pas durer longtemps. A un moment donné, la situation changera", a indiqué M. Erdogan.

A la question de savoir si la Turquie était prête à un développement soudain de la situation en Syrie, le dirigeant turc a répondu:

"On ne parle pas de ce genre de choses. Lorsque cela est nécessaire, on fait ce qu'il faut faire. En ce moment même, nos forces de sécurité sont préparées à toutes les éventualités possibles".

Jeudi, le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachankov a annoncé qu'il était fort probable que la Turquie se prépare pour une intervention armée en Syrie. Selon ses propos, le département militaire avait fourni à la communauté internationale des preuves vidéo irréfutables, montrant que l'artillerie turque bombarde des agglomérations syriennes au nord de la ville syrienne de Lattaquié. Et d'ajouter que le ministère russe de la Défense avait renforcé tous les types de renseignements au Proche-Orient. Recep Tayyip Erdogan avait alors qualifié ces déclarations de "ridicules".

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала