Washington rejetterait le plan russe de cessez-le-feu

Redoutant qu’en trois semaines, les succès de l’aviation russe en Syrie ne puissent causer des dégâts irréversibles à l’opposition syrienne, Washington écarte l’initiative russe.

Les Etats-Unis ont rejeté le plan de cessez-le-feu en Syrie soumis par la Russie, qui devait entrer en vigueur à partir du 1er mars, annonce l'AP citant un responsable américain.

La ville syrienne de Homs - Sputnik France
Moscou propose à Washington son plan de cessez-le-feu pour la Syrie
Justifiant sa position, l'administration de Barack Obama, qui pointe de récents succès de l'aviation russe en Syrie ainsi que l'offensive menée par les troupes de l'armée syrienne dans la ville d'Alep, soupçonne le Kremlin de vouloir gagner du temps.

En revanche, redoutant apparemment que l'aviation russe ne puisse causer d'ici trois semaines des dégâts irrémédiables à l'opposition à Bachar el-Assad, Washington propose d'arrêter les hostilités immédiatement.

Les consultations sur le règlement du conflit syrien suspendues la semaine précédente devraient reprendre à Genève le 25 février. Cependant, la délégation de l'opposition syrienne modérée pose comme condition sine qua non la suspension des frappes russes et exige de mettre fin à l'offensive de l'armée syrienne sur la ville d'Alep en Syrie.

Négociations sur la Syrie, Genève - Sputnik France
La Russie insiste pour que les Kurdes participent aux négociations sur la Syrie
Plus tôt cette semaine, l'agence Reuters a annoncé que la Russie proposait d'introduire un cessez-le-feu sur le territoire syrien. Les modalités de cette proposition seront également discutées dans le cadre d'une rencontre du groupe international de contact sur la Syrie qui devrait se réunir à Munich et où se rendra aujourd'hui le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

M. Lavrov a annoncé mardi que la Russie avait élaboré un nouveau plan de cessez-le-feu en Syrie et qu'elle l'avait soumis aux Etats-Unis. M. Lavrov s'est abstenu de dévoiler des détails concrets, se contentant de dire que le plan en question ne prévoyait pas un départ immédiat du président syrien Bachar el-Assad, mesure prônée par les Etats-Unis et leurs alliés dans la région.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала