Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

L’obsession kurde d’Ankara menace la sécurité mondiale

© AP Photo / Murat Cetinmuhurdar, Presidential Press ServiceTurkey's President Recep Tayyip Erdogan addresses a labor union meeting in Ankara, Turkey, Thursday, Dec. 3, 2015.
Turkey's President Recep Tayyip Erdogan addresses a labor union meeting in Ankara, Turkey, Thursday, Dec. 3, 2015. - Sputnik France
S'abonner
Ankara est comme possédé par l'idée que les Kurdes parviennent à leurs fins, ce pourrait aggraver une situation régionale déjà tendue.

La Turquie va depuis des années dans la mauvaise direction. Mais désormais les erreurs de politique intérieure d'Ankara deviennent un problème international, écrit le quotidien britannique The Guardian.

Il s'agit de son conflit avec les Kurdes, en raison duquel Ankara risque d'aggraver la situation déjà explosive dans la région.

Ankara - Sputnik France
Crise syrienne: Ankara seul responsable de son isolement
La désintégration de l'Irak et de la Syrie ont renforcé les positions des Kurdes dans ces pays, ce à quoi la Turquie ne s'attendait pas. Ankara, d'ailleurs, n'avait jamais sérieusement songé à régler son conflit avec ce peuple. C'est peut-être pour cela que les négociations de paix avec les Kurdes ont été sapées l'année dernière, suppose le journal.

"La lutte entre les Turcs et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le sud-est du pays devient de plus en plus acharnée, ce qui se passe parallèlement au conflit de plus en plus grave entre Ankara et les Kurdes dans le nord de la Syrie", selon les auteurs de l'article.

La principale menace est liée au fait que les troupes turques peuvent faire irruption en Syrie sous le prétexte d'y créer un couloir humanitaire pour les réfugiés ou une zone tampon, alors que l'objectif sera en réalité de stopper la progression des Kurdes syriens.

Militants du Parti des travailleurs du Kurdistan - Sputnik France
La Turquie accusée d’avoir brûlé vifs 150 Kurdes
Le président turc Recep Tayyip Erdogan redoute la création d'un mini-Etat sur le territoire syrien, ce qui renforcerait les positions du PKK et exercerait une influence sur les Kurdes irakiens.

"Le cauchemar de la Turquie concernant un Kurdistan uni pourrait probablement se réaliser sous peu", notent les journalistes.

Erdogan a poussé la Turquie dans l'isolement, constate The Guardian: sa politique extérieure se base sur la seule idée d'empêcher les Kurdes de parvenir à leurs fins et il semble qu'Ankara ne voie plus rien autour de lui.

"Tant que la Turquie ne révisera pas de fond en comble sa politique et ne parviendra pas à une pacification avec ses Kurdes, elle continuera de jeter de l'huile sur le feu dans la région au lieu de contribuer à la résolution des problèmes", constate le quotidien.

Mevlut Cavusoglu et Jens Stoltenberg - Sputnik France
L’Otan à la Turquie: ne comptez pas sur nous en cas de conflit avec la Russie
Les Unités de protection du peuple (YPG), la branche armée du Parti de l'union démocratique kurde syrien (PYD), qui combat avec succès les terroristes de l'Etat islamique, sont soutenues tant par les Etats-Unis que par la Russie.

"Si les troupes turques entrent en Syrie, la Russie pourrait réagir militairement. Les Turcs appelleront alors l'Otan à l'aide et la crise ne fera que s'échauffer", poursuit The Guardian, tout en estimant qu'un tel scénario est peu plausible.

Le plus probable est qu'Ankara essaiera (peut-être en vain) de convaincre les puissances que les membres des YPG sont des terroristes.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала