La vérité est-elle dans la voix?

© Flickr / LaVladinaLa vérité est-elle dans la voix?
La vérité est-elle dans la voix? - Sputnik France
La voix joue un rôle déterminant dans l’identification de notre personnalité par autrui, estime une équipe de chercheurs de l’Université de Nottingham Trent (Angleterre).

Nous avons tous tendance à visualiser les autres avant même de les rencontrer en personne d'après le timbre et la tonalité de leur voix, poursuivent les chercheurs, cités par le quotidien britannique Daily Mail.

Un cerveau - Sputnik France
Un minicerveau voit le jour en laboratoire
Pour étayer leur hypothèse, les scientifiques ont mené une recherche auprès de 47 volontaires, à qui ils ont proposé une sorte de jeu d'associations: 18 photos de personnes inconnues qu'il fallait associer à 18 enregistrements de voix présentés dans un ordre aléatoire. Les participants étaient aussi tenus de déterminer dans la mesure du possible l'état de santé, l'âge, le poids, la taille, le taux de féminité ou de virilité des personnes représentées d'après la tonalité et le timbre de leur voix.

Les résultats obtenus ont confirmé l'hypothèse initiale (taux d'exactitude 60%). Les traits féminins sont généralement associés à des voix plus douces, tandis que les visages virils à des voix plus basses et profondes. Les volontaires ont également réussi à déterminer assez bien l'âge (taux de réussite 84%) et l'état de santé (77%) d'après les voix.

Les scientifiques supposent que leur découverte pourrait s'avérer utile à la police. A titre d'exemple, pour identifier des suspects d'après certaines caractéristiques de leur voix.

Un cerveau - Sputnik France
Un "lavage de cerveau" contre la maladie d’Alzheimer?
En effet, la voix de chaque être humain est influencée par son physique, son apprentissage de la parole, son caractère, sa langue maternelle, sa région, son niveau social et culturel ou encore ses expériences de vie. Tous ces facteurs donnent des spécificités propres aux voix des différents individus.

L'accès à une base de données composée par de nombreux locuteurs, poursuit le site Police Scientifique, permet d'évaluer la fréquence de certaines caractéristiques vocales dans une population et de déterminer la probabilité que quelqu'un choisi au hasard ait pu être à l'origine de l'élément vocal suspect.

Pour répondre à ces besoins, entre 2005 et 2009, l'université de Cambridge a réalisé une base de données comprenant les voix de 100 orateurs, enregistrés sous diverses conditions, au cours du programme nommé Dynamic Variability in Speech.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала