Le Liban au centre du Moyen-Orient

© AFP 2022 JOSEPH EID Beyrouth
Beyrouth - Sputnik France
Mardi 23 Février, l’Arabie Saoudite a déconseillé à ses ressortissants de se rendre au Liban, et a invité les Saoudiens à faire preuve de prudence au sein du pays du cèdre.

Ливанский десантник ест живую змею во время выставки безопасности SMES 2015 в Бейруте - Sputnik France
Riyad suspend son aide militaire au Liban
Le Bahreïn a lui aussi demandé à ses ressortissants présents sur le sol libanais de « quitter le pays ». Les Emirats Arabes Unis (EAU) ont à leur tour suivi. Le Liban est-il à nouveau au centre des préoccupations?

A l'instar de ce qu'il s'était produit voici plusieurs jours avec les relations diplomatiques irano-saoudiennes, l'effet du « band wagoning » a encore joué dans la péninsule arabique; les monarchies pétrolières se suivent les unes les autres dans leur politique extérieure.

​Pourquoi le Liban se retrouve-t-il dans cette situation? M. Antoine Sfeir, journaliste et politologue spécialisé du Moyen-Orient, nous répond:

« C'est en raison de la présence du Hezbollah, et en raison du fait que les troupes du Hezbollah et des troupes des Gardiens de la Révolution iranienne sont en Syrie et au Liban pour lutter contre DAECH. Et les monarchies du golfe ont peur d'être la cible de la part des milices chiites qui se trouvent dans la région. »

Après des décennies de guerre civile et d'interventions étrangères, le Liban est-il à nouveau au cœur de toutes les attentions?

Terroristes de Daech - Sputnik France
Daech et Al-Nosra s'affrontent à la frontière syro-libanaise
« Le Liban est devenu le théâtre, le champ de bataille, de la guerre des autres: Iran, Arabie Saoudite, Yémen. Mais il est au centre des attentions également, parce qu'aujourd'hui c'est la base arrière de la Syrie, et les Occidentaux ne veulent pas que la guerre de Syrie déborde sur le Liban. Les deux volontés, y compris celle des Russes, font que la situation au Liban est figée; il n'y a pas de risque d'affrontements, à part les attentats, d'un côté et de l'autre entre chiites et sunnite. »

Selon M. Sfeir, les attentats perpétrés en Arabie Saoudite par DAECH contre la communauté chiite relèvent de l'arroseur arrosé.

« Après avoir financé DAECH, l'Arabie Saoudite se retrouve cible de DAECH, parce que DAECH a besoin de se diversifier sur les terrains. On l'a vu en Libye, en Tunisie, au Sahel et en Afrique (en essayant d'adouber des mouvements comme Boko Haram; et aujourd'hui DAECH essaie de s'implanter dans la péninsule arabique.

​La rapidité avec laquelle les évènements s'enchaînent montre une motivation commune de la part de ces pays. Quelles raisons ont motivé les monarchies pétrolières à se souder? M. Tigrane Yégavian, Journaliste auprès de la revue Conflit, nous explique:

« Deux Etats surtout, les EAU et le Bahreïn, contrairement au Qatar, n'ont pas une politique étrangère très autonome ni indépendante de celle de l'Arabie Saoudite. Le Bahreïn a même emboîté le pas sur l'Arabie Saoudite avec cette interdiction de se rendre au Liban. Cela prouve que ces pays ont une souveraineté limitée, et on l'a vu en 2011 au Bahreïn, qui n'a pas pu faire face au soulèvement populaire (donc la majorité chiite) et qui a demandé de l'aide à l'Arabie Saoudite pour rétablir l'ordre à Manama.

Dans le contexte actuel, Riyad fait monter la pression sur le Liban pour deux raisons: l'Arabie Saoudite a prévu de geler les programmes d'équipement militaires français pour un montant de 3 Milliards de Dollars; en demandant à ses ressortissants de partir, Riyad accuse Beyrouth de favoriser les intérêts de son rival iranien, officiellement à cause du Hezbollah; il s'agit bien sûr d'une mesure de rétorsion.

Saudische Streitkräfte - Sputnik France
Coalition US-Arabie saoudite & Co. : les masques tombent définitivement ?
En effet, le Liban s'est abstenu de condamner au sein de la Ligue Arabe et de l'Organisation de la Conférence Islamique les attaques qui se sont déroulées le mois dernier contre la représentation diplomatique saoudienne. Le ministre libanais des Affaires Etrangères, Gebran Bassil, est le gendre du Général Michel Aoun, leader du Courant Patriotique Libre, allié du Hezbollah. Voilà la raison officielle.

Officieusement, l'Arabie Saoudite a vu son influence au Liban s'affaiblir considérablement au cours de ces dernières années: les Saoudiens n'ont plus la main sur les dossiers liant la politique libanaise; la famille Hariri, les protégés de Riyad, sont binationaux; l'ancien premier ministre libanais et la famille Hariri ont fait leur fortune grâce aux Saoudiens: ils sont propriétaires de la seconde entreprise de BTP Saudi Oger LTD., qui gère plus de 50 000 employés, et qui fait face à de graves difficultés financières, dues à de mauvaises gestions, et M. Hariri a besoin des Saoudiens pour renflouer ses caisses, et notamment pour pouvoir acheter à sa clientèle au Liban.

Et les Saoudiens n‘ont plus l'intention d'aider leur protégé, car ce dernier a fait des déclarations désobligeantes sur certains dirigeants saoudiens, à des officiels étrangers. Donc ce règlement de comptes s'opère au moment où l'influence saoudienne est au plus faible au Liban. »

La situation avec les réfugiés - Sputnik France
Quémander pour survivre: l'histoire des enfants-réfugiés au Liban
Le spectre d'un bloc perso-chiite et d'un bloc arabo-sunnite s'affrontant prend forme. Va-t-on vers une confrontation (et vers un conflit généralisé qui risque de dépasser le cadre du Moyen-Orient), ou va-t-on vers une Guerre Froide, dans laquelle deux blocs se font face en chien de faïence?

« Cette Guerre Froide est installée dans les faits. Le conflit israélo-palestinien occupe un rang périphérique, alors que sa place était centrale dans les années 80 et 90. Le gouvernement libanais est devenu par procuration le champ de bataille de l'Arabie Saoudite et de l'Iran, et le gouvernement libanais n'a pas du tout intérêt à faire monter la tension d'un cran.

Actuellement, Beyrouth tente de calmer le jeu, et joue sur la retenue. Le Premier Ministre libanais entend faire une tournée dans les pays du Golfe pour apaiser les tensions. Beyrouth fait face à un afflux massif de réfugiés syriens, et face à une instabilité politique (car il n'y pas de président, ni d'accord pour désigner un candidat consensuel pour la présidence de la République).

La Ligue arabe - Sputnik France
Le Liban refuse de soutenir la décision de la Ligue arabe sur l'Iran
Nous allons vers cette configuration régionale, où c'est la stratégie des attentions qui est maintenue entre les deux puissances régionales, dans des terrains comme le Liban, et le Yémen. »

Si les raisons pour de telles positions de la part des monarchies pétrolières s'expliquent, le Liban risque bien, à nouveau d'être l'otage des politiques de ses voisins, à défaut d'avoir pu se maintenir comme la « Suisse du Moyen-Orient ».

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала