Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

"Jungle" de Calais: la justice ordonne l'évacuation partielle

© AFP 2021 PHILIPPE HUGUEN"Jungle" de Calais
Jungle de Calais - Sputnik France
S'abonner
Le gouvernement, qui veut démanteler la "jungle" de Calais, a remporté une importante victoire jeudi avec un feu vert de la justice administrative à une opération partielle, mais les autorités ont immédiatement assuré qu'elles n'entendaient pas recourir à la force.

Le tribunal administratif de Lille a donné raison à la préfecture sur son arrêté d'expulsion de la partie sud de la "jungle", pris le 19 février et fixant un ultimatum au 23 février, que contestaient en référé 10 associations et quelque 250 migrants. L'audience s'était tenue mardi, mais la juridiction s'était donné un délai pour statuer.

Belgique rétablit des contrôles à sa frontière - Sputnik France
La Belgique rétablit des contrôles à sa frontière avec la France
La zone Nord, qui abrite dans des tentes et cabanes 1.000 à 1.200 réfugiés, n'était pas concernée par le contentieux.

Dans son ordonnance, dont l'AFP a obtenu copie, la juge Valérie Quemener estime que l'insécurité, l'insalubrité, les violences, notamment entre migrants et forces de l'ordre et vis-à-vis de riverains, justifient la mesure d'expulsion sur ce secteur où vivent "de 800 à 1.000 migrants" selon la préfecture (3.450 selon les associations). Les "lieux de vie" situés sur cette zone, comme les écoles ou les lieux de culte, seront en revanche préservés. La préfecture s'y était engagée.

This photo taken on October 20, 2015 in Coquelles shows a Eurotunnel train entering into a new freight tunnel created to increase cross-English Channel trading of goods while maintaining security against increased illegal migrant activities. - Sputnik France
Crise des migrants: Eurotunnel réclame un dédommagement de 29 M EUR
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a rapidement salué cette décision qui, a-t-il déclaré à l'AFP, "en tout point conforte la démarche de mise à l'abri des migrants de Calais et de résorption du campement de la lande engagé par l'Etat".

"Dans un but humanitaire, l'action de mise en protection des réfugiés se poursuivra par la mobilisation de toutes les solutions d'hébergement existantes", a ajouté le ministre. Expulser les migrants par la force n'est pas à l'ordre du jour, selon la préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio.

Jungle de Calais - Sputnik France
Des ONG demandent le report du démantèlement de la "jungle de Calais"
L'Etat privilégie en effet une double solution, dont il tente de persuader la population du bidonville.

D'une part l'hébergement d'une partie de ces migrants dans le Centre d'accueil provisoire (CAP), des conteneurs chauffés jouxtant la "jungle" elle-même où 1.200 personnes se sont installées depuis son ouverture en janvier.

Mais aussi et surtout les départs dans l'un des 102 CAO (Centres d'accueil et d'orientation) disséminés partout en France, loin de Calais, où les migrants sont censés réfléchir à leur projet pour déposer des demandes d'asile, plutôt que de tenter la traversée clandestine vers l'Angleterre, parfois au péril de leur vie. Les associations actives à Calais se montrent cependant régulièrement sceptiques à l'égard de ces transferts vers les CAO, dont elles dénoncent "l'opacité".

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала