Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Ex-chef de la CIA: j’aurais tant aimé avoir accès aux mails de Lavrov!

© Flickr / MFA RussiaSerguéi Lavrov, ministro de Asuntos Exteriores de Rusia
Serguéi Lavrov, ministro de Asuntos Exteriores de Rusia - Sputnik France
S'abonner
Michael Hayden, ancien directeur des services américains de renseignement, a avoué son grand intérêt pour la messagerie de Sergueï Lavrov.

L'ancien directeur de l'Agence nationale de la sécurité (NSA) et de l'Agence centrale de renseignement (CIA) Michael Hayden a avoué dans une interview accordée à la chaîne américaine CNN qu'il était prêt à tout pour obtenir un accès à la messagerie du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

"Si je travaillais toujours pour la CIA et qu'on m'avait dit que le courrier électronique de Sergueï Lavrov ou de toute autre personne de même rang n'était pas suffisamment protégé, j'aurais remué ciel et terre pour pouvoir y accéder", a déclaré M. Hayden.

Hillary Clinton - Sputnik France
Messages secrets, boîte privée: Hillary Clinton dans l’œil du cyclone
Selon l'ex-chef du renseignement américain, un service diplomatique pourrait fournir beaucoup d'information, même en étudiant des données qui ne sont pas confidentielles.

"Mais je ne veux pas dire par là ni que nous avons entrepris des mesures à l'égard du ministre russe des Affaires étrangères ni le contraire", a-t-il précisé, ajoutant que Hillary Clinton, alors qu'elle était à la tête du département d'État américain, "présentait une cible logique pour les services de renseignement étrangers".

"J'aurais perdu mon respect envers de nombreux services de renseignement du monde entier s'ils n'avaient pas appliqué toutes leurs forces pour en prendre connaissance", a ironisé Michael Hayden, commentant la polémique autour de l'adresse mail privée de l'ancienne secrétaire d'État.

John Kerry, secrétaire d'Etat américain - Sputnik France
Ukraine, Syrie: vers un "marché secret" entre Washington et Moscou?
Le scandale autour de la correspondance électronique d'Hillary Clinton s'est enflammé en mars sur fond de cyberattaques continues contre les institutions américaines. L'ex-chef du département d'État américain et actuelle candidate clé au poste présidentiel a reçu sur son adresse électronique personnelle des dizaines de messages contenant des données confidentielles.

Suites aux révélations, l'opposition républicaine a accusé l'ex-secrétaire d'État de graves violations des règles de sécurité nationale.

Hillary Clinton, qui a dirigé le département d'État américain de 2009 à 2013, a auparavant regretté d'avoir utilisé un serveur non protégé à des fins professionnelles. Elle a par ailleurs nié avoir envoyé des informations secrètes.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала