Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Fin de la "Jungle": les migrants brûlent leurs abris avant la police

© Sputnik . Viktoria IvanovaSituation dans le camp des réfugiés à Calais
Situation dans le camp des réfugiés à Calais - Sputnik France
S'abonner
Le camp de migrants à Calais baptisé la "Jungle" semble vivre ces dernières semaines, peut-être même ces derniers jours. Suite à une décision gouvernementale, la police effectue la fermeture des abris construits par les réfugiés, et ces derniers sont peu à peu transférés vers des centres de logement temporaire.

La vie quotidienne de la "Jungle" bouleversée

Le camp dans son état actuel est devenu un triste lieu. Des légumes et des vêtements jetés par terre, parfois c'est tout ce qui reste des masures brûlées des réfugiés. Lors des semaines à venir, ce paysage pourrait devenir habituel pour le camp que les autorités ont décidé de détruire, raconte Victoria Ivanova dans un reportage pour RIA Novosti.

© Sputnik . Viktoria IvanovaSituation dans le camp des migrants à Calais
Situation dans le camp des migrants à Calais - Sputnik France
Situation dans le camp des migrants à Calais

Ceux qui ont déjà perdu leur logement dans le camp, essayent de s'installer temporairement dans les parties intérieures de la "Jungle", tout en espérant éviter tous ces changements pourtant inévitables.

"Avant, nous vivions à deux ou à trois, et maintenant, certaines habitations hébergent jusqu'à cinq personnes, il n'y a pas de places. Ils vivent avec leurs enfants, ici, il fait froid et il pleut, ils n'ont rien à faire. Nous aidons nos amis, nous essayons d'être ensemble", raconte un migrant venu d'Afghanistan.

Selon Maya, bénévole de l'association Auberge des migrants, les autorités locales et la police n'ont pas tenu leurs promesses sur le processus de la fermeture du camp non-officiel de Calais.

"On nous disait que tout se passerait dans le calme, pas à pas, pendant trois semaines, avec des négociations et sans aucune violence. Mais lundi déjà, nous avons compris que ça ne se passerait pas dans le calme. Tôt le matin, les représentants de la préfecture et de la police sont arrivés. Ils ont choisi le territoire à libérer, l'ont encerclé, et se sont mis à passer dans les cabanes pour dire que les habitants n'avaient qu'une heure. Une heure après, leurs maisons étaient détruites pas des engins, et ceux qui ne voulaient pas les quitter, étaient expulsés de force", explique-t-elle.

Une fois le camp fermé, le problème sera résolu?

Lors du premier jour de l'opération, les engins ont détruit près de 10% des cabanes des migrants. Le deuxième jour, ça a continué au même rythme. Les réfugiés eux-mêmes étaient très étonnés par cette incursion, ils avaient peur, et ils ont décidé de répondre à la police avec des pierres. La police a employé du gaz lacrymogène et des matraques.

© Sputnik . Viktoria IvanovaLe camp des réfugiés à Calais sera fermé
Le camp des réfugiés à Calais sera fermé - Sputnik France
Le camp des réfugiés à Calais sera fermé

"Moi, je ne comprends pas comment ils peuvent faire ça. Eh bien, si la police venait et demandait poliment, nous partirions, sans poser de questions. Mais comme ça, avec des matraques, avec du gaz lacrymogène contre les femmes, contre les enfants — c'est quoi, ça? Les gens sont bons en France, mais pas les policiers. Mais on peut les comprendre également, ils suivent simplement les ordres", raconte un des habitants du camp.

Parfois, les migrants détruisent eux-mêmes leurs maisons dans le camp. Ainsi, les incendies sont un évènement assez habituel. Ce comportement représente une sorte de protestation des réfugiés contre la police.

© Sputnik . Viktoria Ivanova"Jungle", Calais
Jungle, Calais - Sputnik France
"Jungle", Calais

Quant aux policiers, ils ne veulent pas parler avec les journalistes. Mais ils annoncent quand même leur attitude générale envers le camp et tout ce qui est lié à ce dernier: pour eux, dans un endroit illégal tout est illégal. Dans cette situation d'agressivité des réfugiés, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve se prononce en faveur de ses employés tout en soulignant la nécessité du maintien de l'ordre.

De l'ordre, ça doit être la répartition des habitants de la "Jungle" entre des centres de logement temporaires, d'abord dans les environs de Calais, et ensuite dans toute la France. Ce processus doit permettre de résoudre la crise migratoire dans le pays, mais qui en est vraiment sûr?

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала