Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Interdite de Salon de l’Agriculture, l’association L214 poursuit sa lutte

S'abonner
Recalés du Salon de l’agriculture, les militants de L214 sont allés tracter dans le secteur Montparnasse, Paris XVème.

Célèbres pour leur vidéo choc des abattoirs du Gard, l'association a tenu malgré tout à interpeller le public sur le paradoxe du Salon de l'Agriculture: les animaux bichonnés devant les visiteurs et caméras cachent une réalité bien moins bucolique, celle d'un élevage toujours plus avide de rendement, et toujours moins respectueux du bien-être animal. A défaut du happening initialement prévu, nous sommes allés les rejoindre gare Montparnasse: abattre? plutôt débattre!

abattoir - Sputnik France
Action de L214 contre la souffrance animale en marge du salon de l'agriculture
Il ne fait pas bon défendre la cause animale au Salon de l'Agriculture. Les associations L214 et Vegan Impact avaient prévu un happening, comme les années précédentes. Mais la préfecture en a décidé autrement. Sur la page de l'évènement Facebook, les associations préviennent: « Nous sommes contraints d'annuler notre happening, la préfecture ne nous autorisant pas l'emplacement que nous souhaitions, devant l'entrée du Salon ». Sécurité ultra renforcée oblige, les militants de L214 se sont dirigés vers la Gare Montparnasse. Un militant, sur la dizaine venus tracter, estime que leur discours, qui remet en question les conditions d'élevage français, tombe au plus mal même s'il est on ne peut plus d'actualité:

« On pense que c'est une décision un peu excessive, parce qu'ils jugent que notre acte, par rapport aux agriculteurs ou aux éleveurs, est un peu hostile, alors que cela fait pratiquement deux ans qu'on a les mêmes tracts, qu'on les distribue et on a jamais eu de problèmes avec eux. Il y en a qui sont sortis du Salon pour discuter avec nous, et même s'ils n'étaient pas d'accord, on a eu de bons échanges dans le calme. Ils ont dit ‘ok, on comprend votre but, nous on fait notre boulot, on n'a pas le choix parce que c'est notre gagne-pain' ».

Tuer les baleines au nom de la « science » ? Le Japon s’y connait. - Sputnik France
Tuer les baleines au nom de la « science » ? Le Japon s’y connait
Les tensions sont palpables au salon, entre les différents professionnels du secteur, et envers les politiques de gauche comme de droite: l'arrivée d'activistes décriant les conditions d'élevage et d'abattage sur un salon où les petits éleveurs servent de « vitrine éthique à l'élevage industriel », aurait été la cerise sur un gâteau déjà prêt à s'effondrer. Isis, la permanente de l'association L214 sur Paris ne comprends pas bien ce refus de la préfecture « pour raison de sécurité ». Elle explique n'accuser personne, et reconnait que les éleveurs sont eux aussi pris dans un système productiviste qui les poussent à plus de rendement, au détriment du bien-être animal. Une militante nous explique sa démarche aujourd'hui auprès des passants:

« On essaie d'attirer l'attention des gens pour leur dire que s'ils ont l'intention d'aller au salon de l'agriculture, il est important de voir l'envers du décor. On veut nous montrer des animaux qui sont bien traités soi-disant: la majorité sont des éleveurs bio, mais bio ne veut pas dire que l'on prend soin des animaux. Et la finalité, de toute façon est la même, puisque les animaux finissent à l'abattoir. Donc c'est important d'inviter les gens à considérer les animaux autrement que des marchandises, que des produits. Ce sont des êtres vivants sensibles, c'est important qu'on change de regard enfin. On veut une société qui aille vers plus de bienveillance ».

© Sputnik . Gaëlle NicolleInterdite de Salon de l’Agriculture, l’association L214 poursuit sa lutte
Interdite de Salon de l’Agriculture, l’association L214 poursuit sa lutte - Sputnik France
Interdite de Salon de l’Agriculture, l’association L214 poursuit sa lutte

Les lois censées épargner les animaux de souffrance lors de l'abattage existent, mais sont-elles appliquées? On peut en douter au regard des vidéos chocs de L214, tournés en caméra cachée dans deux abattoirs du Gard: des animaux à peine étourdis exécutés violemment. L'association souhaite que les politiques fassent appliquer les lois sur les conditions d'abattage et que les gens prennent conscience de ce qu'ils mangent.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала