Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

En Europe, les sentiments nationalistes de plus en plus assimilés

© AFP 2021 Claudio Bresciani / SCANPIX-SWEDENLars Isovaara (D), et Jimmie Akesson (G). Les Démocrates de Suède
Lars Isovaara (D), et Jimmie Akesson (G). Les Démocrates de Suède - Sputnik France
S'abonner
Les nationalistes des Démocrates suédois ont enfin commencé à perdre en popularité: les derniers sondages indiquent que le parti a perdu 1,3% d'opinions favorables, ce qui réduit son soutien actuel à seulement 21% des personnes interrogées, écrit jeudi le journal en ligne Na linii.

Timo Soini, Perussuomalaiset - Sputnik France
Europe du Nord: le nationalisme conservateur rentre en force
Les socio-démocrates au pouvoir affichent une popularité de 24,5%, contre 22,4% pour les centristes d'opposition du parti des "Modérés".

La presse libérale n'est pas pour autant soulagée. Car si le pic de popularité qu'avaient atteint les nationalistes en janvier est révolu, cette baisse ne signifie pas que la population ne soutient plus les idées et slogans nationalistes: ils sont tellement populaires qu'ils ont été repris ces dernières semaines par les socio-démocrates et les Modérés, qui ont fait plusieurs déclarations radicales.

Migrants - Sputnik France
Des tracts pour dissuader les migrants de se rendre en Suède
Toutes portaient sur le thème des migrants. Le royaume de Suède, rappelons-le, a accepté l'an dernier plus de 160 000 réfugiés — plus que tous les autres pays de l'UE par habitant. Et en début d'année, les Suédois ont été bouleversés par plusieurs scandales concernant les migrants, notamment celui d'une fonctionnaire tuée par un adolescent réfugié ou encore la révélation des viols de Suédoises commis par des migrants, qui avaient été dissimulés par les forces de l'ordre.

Au final, les représentants politiques de tout bord sont passés d'une rhétorique réconciliatrice sur les valeurs à un discours contre l'immigration. Ainsi, le ministre de l'Intérieur a déclaré que la Suède rejetterait "près de la moitié des demandes d'asile" et expulserait environ "80 000 nouveaux arrivants". Et le premier ministre, qui avait récemment déclaré avec emphase que son "Europe ne construisait pas de murs", a ordonné d'installer des postes de contrôle à la frontière pour refréner la forte affluence migratoire.

Réfugiés à Stockholm - Sputnik France
Suède: 190.000 migrants attendus cette année
Selon de nombreux experts en ligne, pour une Europe de 500 millions d'habitants une affluence de 1 à 2 millions de réfugiés n'était pas appelée à devenir un facteur politique significatif. Les réfugiés arrivés en Europe l'an dernier ne représentaient que 0,3% de sa population — autrement dit une part insignifiante.

Néanmoins, nous voyons que ces "1 à 2 millions" changent déjà le paysage politique en Europe. La montée du nationalisme et des sentiments d'extrême-droite, provoquée par la question migratoire, est flagrante — et derrière elle change la rhétorique des partis au pouvoir, suivie du changement de leur politique concrète.

Migrants - Sputnik France
Député suédois: résoudre le problème des migrants avec l’Onu
Dans les médias européens, on ne voit pratiquement plus le terme "réfugiés", qu'on lisait partout l'an dernier. Cette fois, les demandeurs d'asile sont qualifiés uniquement de migrants. Parfois de migrants clandestins. Cela en dit déjà long sur les sentiments locaux.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала