Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La nurse est schizophrène, ses déclarations doivent être traitées en conséquence

© Sputnik . Grigory Sysoyev / Aller dans la banque de photosGoultchechra Bobocoulova
Goultchechra Bobocoulova - Sputnik France
S'abonner
Une schizophrénie a été diagnostiquée chez la nurse qui a décapité la fillette à Moscou le 29 février, et ainsi ses déclarations, y compris sur les motifs du crime qu'elle qualifie de vengeance pour les frappes russes en Syrie, doivent être traitées en conséquence, explique le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Goultchechra Bobocoulova, femme d'origine ouzbek, accusée du meurtre brutal d'une petite fille de quatre ans, est schizophrène, a confirmé le Comité d'enquête de la Fédération de Russie. En cela, "le motif d'une personne schizophrène au moment du crime ne coïncide traditionnellement pas avec l'explication qu'elle donne après que le crime a été perpétré", selon un représentant du comité.

"Il est évident qu'il s'agit d'une femme insensée, et il me semble qu'il faut traiter toutes les paroles de cette femme démente en conséquence", a déclaré jeudi le porte-parole du Kremlin, commentant les déclarations de la nurse selon lesquelles elle a été incitée à tuer la fillette par un ordre d'Allah et tentait ainsi de "se venger de Poutine pour ses frappes en Syrie".

Goultchechra Bobocoulova - Sputnik France
Elle dit avoir décapité la fillette sur l'ordre d'Allah

Le 29 février, la police moscovite a arrêté une nurse qui avait tué une petite fille de quatre ans et marchait près d'une station de métro en tenant la tête de l'enfant dans ses mains et en menaçant de se faire exploser.

Goultchechra Bobocoulova a tué la fillette, puis elle a incendié l'appartement et s'est dirigée vers la station de métro la plus proche.

D'après des témoins sur place, la femme hurlait "Allah Akhbar" et scandait des slogans islamistes: "Je déteste la démocratie!", "Je suis une terroriste!", "Je veux votre mort", "Vous nous avez tellement détruits", "Je suis une femme kamikaze, je vais mourir, la fin du monde est dans une seconde".

Pour autant, aucun explosif n'a été découvert lors de la perquisition, selon la police.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала