Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Parés au combat? Les USA testent leurs missiles

© WikipediaLGM-30 Minuteman
LGM-30 Minuteman - Sputnik France
S'abonner
"Tout fonctionne chez nous!": c'est de manière volontairement ostentatoire que les USA ont lancé à deux reprises des vecteurs de missiles Minuteman 3 (sans ogives) pendant la dernière semaine de février, depuis la base de l'armée de l'air américaine de Vandenberg (Californie).

Cette vérification intervenait dans le contexte du récent lancement d'un satellite depuis la Corée du Nord, ainsi que des essais de la bombe à hydrogène par Pyongyang. Le premier sous-secrétaire américain à la Défense Robert Work explique que "nous effectuons constamment des lancements d'essai dans le but de prouver que nos missiles opérationnels fonctionnent sans faille, tout comme le font les Russes ou les Chinois. Ces tests permettent de montrer que nous sommes prêts, si nécessaire, à faire usage de l'arme nucléaire pour protéger notre pays."

Côté nord-coréen, les autorités estiment qu'il y a actuellement danger pour leur propre sécurité. Le dirigeant du pays, Kim Jong-un, a donc signé un décret stipulant que l'armement nucléaire national devait être opérationnel à tout moment. C'est logique: comment Pyongyang serait-il capable, sinon, de parer une éventuelle agression — très probablement avec le soutien des USA? Le Pentagone répond pour sa part avec une once de paranoïa que "si nécessaire, les forces américaines sont prêtes à riposter."

Mais voyons comment serait portée la frappe destructrice américaine sur l'exemple du Minuteman 3, base des forces stratégiques nucléaires des USA. Selon les informations des sources ouvertes, l'armée de l'air américaine dispose actuellement de 450 vecteurs Minuteman 3 déployés sur trois bases militaires: dans le Dakota du Nord, le Wyoming et le Montana (ces missiles sont exclusivement à silo).

Le Minuteman 3 est un missile affichant des caractéristiques techniques très performantes… pour les années 1970.

Bien sûr, des modernisations ont été réalisées à plusieurs reprises depuis sa mise en service, mais la base du missile reste la même. Les Américains parlent évasivement de nouvelles élaborations d'un vecteur de cette classe et reportent les délais de développement à l'horizon 2030 — dans le meilleur des cas. C'est pourquoi il est si important pour les USA de montrer que leurs missiles nucléaires fonctionnent encore, même s'ils sont obsolètes et qu'ils n'ont plus de pièces de rechange…

 

En observant leurs caractéristiques de plus près, on constate une certaine confusion. On indique souvent que la portée du Minuteman 3 est de 15 000 km, mais cela ne concerne que la version à une seule ogive et reste une supposition: ils n'ont jamais été tirés réellement sur une telle distance. Dans la version à trois ogives, il n'a aucun avantage sur les missiles intercontinentaux russes en termes de portée, et la puissance totale de l'ogive n'est pas très différente: 3x170 kt contre 550. Le Minuteman 3 dispose d'un système de leurre "avec des débris métalliques qui rendent difficile la détection radar".

 

Certains experts parlent même d'une dégradation irréversible des forces de dissuasion américaines, incontrôlable depuis 2005. L'administration présidentielle est depuis longtemps critiquée pour avoir adopté la stratégie de passage aux "formes réduites" d'armement nucléaire au détriment du réarmement des forces stratégiques.

Bien sûr, les informations sont confidentielles mais compte tenu de l'information selon laquelle "pendant de nombreuses décennies les USA n'ont toujours pas réussi à maîtriser leur propre technologie industrielle de centrifugeuse à gaz" (sachant qu'elle existe en Russie depuis 1967), on a l'intention de dépenser désormais 430 millions de dollars en 2016 pour moderniser l'usine de traitement d'uranium à Oak Ridge dans le Tennessee. Tout en reconnaissant que dans l'ensemble, pour mettre l'usine aux normes actuelles, il faudra dépenser 6,5 à 7,5 milliards de dollars (les spécialistes du génie américain estiment même les frais à 11 milliards de dollars).

Au regard de ce déséquilibre, il n'est donc pas étonnant que les USA veuillent parler de désarmement. En mai 2012 déjà l'organisation indépendante Global Zero (un monde sans armement nucléaire) avait publié un rapport de la commission à la politique nucléaire américaine suggérant de conclure de nouveaux accords sur la réduction de l'armement nucléaire allant jusqu'à renoncer aux missiles intercontinentaux et à l'armement tactique. Pourquoi de tels appels? C'est simple: les USA dépensent énormément d'argent pour les armements conventionnels, y compris de haute précision, c'est pourquoi en supprimant (ou en réduisant considérablement) les arsenaux nucléaires ils obtiendraient un avantage stratégique. Mais seule l'arme nucléaire garantit les représailles et peut dissuader les "faucons" américains.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Riabkov a récemment déclaré que dans les conditions actuelles, toute négociation russo-américaine sur la réduction du potentiel nucléaire était impossible car les USA déployaient leur système antimissile en Europe, promouvaient le programme Frappe globale et s'efforçaient de saper le potentiel de défense russe" par le biais des sanctions:

"… un moment à mentionner pour réagir aux "rappels" de Washington est l'absence totale de logique politique et de bon sens dans les propositions de "se désarmer" dans des conditions où l'administration américaine cherche depuis longtemps à saper le potentiel de défense et militaro-industriel de la Russie à travers sa politique de sanctions."

Bien sûr, il ne faut pas baisser la garde. Même si les missiles nucléaires terrestres américains connaissent depuis longtemps des problèmes qui ne cessent de s'aggraver, hormis le Minuteman 3 les USA possèdent tout de même des LGM-118A Peacekeeper (MX) qui peuvent embarquer jusqu'à dix ogives de 0,3 Mt chacune — elles ont été retirées du service en 2005 mais restent stockés et n'ont pas été détruites. De plus, à l'heure actuelle les États-Unis mettent l'accent sur les missiles navals UGM-133A Trident II.

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала