Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Damascènes: grâce à la Russie la situation s'est améliorée

© Sputnik . Ilia Pitalev / Aller dans la banque de photosDans un ancien quartier de Damas
Dans un ancien quartier de Damas - Sputnik France
S'abonner
Sur l'ordre de Vladimir Poutine, la majeure partie du groupe aérospatial russe se retire de Syrie, pays en proie à un conflit armé depuis cinq ans déjà. La peur, telle a été la première réaction des Syriens face à cette décision. La compréhension du fait que la tâche principale a été accomplie n'est venue qu'après.

L'annonce du retrait du gros des forces aérospatiales russes de Syrie a surpris non seulement l'Occident, mais aussi les Syriens. Cette décision ainsi que ses conséquences préoccupent aussi bien les experts militaires et les hommes politiques que les civils ordinaires. La première réaction fut l'anxiété. Mais la compréhension du fait que la tâche principale a été accomplie et que maintenant c'est aux Syriens eux-mêmes de poursuivre la lutte n'a pas tardé.

"J'espère que c'est une bonne nouvelle. Je pense que mes amis partagent mon point de vue: la peur c'est ce que nous avons tous ressenti au premier moment", avoue un major à la retraite.

Selon lui, au début il a eu l'impression que la Russie abandonnait la Syrie et que le cours de la guerre allait à nouveau changer vers le pire.

Garder espoir

Dans le quartier chrétien de la capitale syrienne, à deux pas du siège de la patriarchie, des jeunes femmes mènent une discussion animée. En apprenant que leur interlocuteur est Russe, elles ne tardent pas à lancer: "Vous nous avez abandonnés? Que se passera-t-il après? Notre vie venait de revenir à la normale!".

"La peur et la panique m'ont possédée au cours des premières minutes suivant l'annonce. Mais après avoir évalué la situation, j'ai réalisé que tout se déroule selon le plan préétabli. La Russie a dès le début annoncé que l'opération allait durer six mois environ. Puis, comme vous pouvez en juger, la situation est beaucoup plus calme. Je vais dans la région de Homs (centre du pays) même le soir tard sans avoir peur. Il faut faire confiance aux autorités syriennes et russes", dit Laura Al-Khaddour, la plus courageuse du groupe.

Malgré son jeune âge, cette présentatrice à la télévision syrienne sait ce qu'est la guerre. En 2012, les terroristes ont perpétré un massacre dans son village natal, près de Homs. 40 membres de sa famille, y compris son père, ont été assassinés.

Non loin de la patriarchie, des soldats s'ennuient à un point de contrôle. Un officier répond volontiers à nos questions.

"Notre armée a lutté pendant cinq ans. Certes, nous sommes fatigués, mais nos ennemis le sont aussi. Nous sommes prêts à poursuivre la lutte. Les Russes nous ont aidés, mais c'est notre guerre. Je suis sûr que si les Turcs ou les Saoudiens lancent une offensive contre nous, la Russie ne nous laissera pas seuls", dit un lieutenant.

"La Russie est venue en aide à un moment très dur pour la Syrie. Votre opération a approché la fin de la guerre. Mais j'aimerais bien que les avions russes continuent à voler dans le ciel syrien jusqu'à ce que le dernier terroriste trouve la mort", dit un marchand de souvenirs qui se joint à la discussion.

Su-25 sur la base de Hmeimim, Syrie - Sputnik France
La Russie a fait le boulot en Syrie et peut en être fière
"Le président russe a de nouveau surpris tout le monde. Oui, nous étions abasourdis, mais je suis sûr que les Etats-Unis, la Turquie et d'autres semblables se sont retrouvés dans une impasse. Et ce avant le lancement des discussions de Genève. Les avions peuvent retourner en Syrie à n'importe quel moment, mais c'est parvenir à un accord qui compte le plus", dit le propriétaire d'un petit salon de coiffure.

La guerre continue

"Après que la Russie a exposé toute sa force, des dizaines de groupes terroristes ont accepté la paix. Certes, car personne n'a envie de mourir. Mais maintenant la guerre s'est déplacée vers le nord du pays. A Alep et Idleb le Front al-Nosra, dans le nord-est Daech. Une ligne de front précise prend forme", dit le coiffeur.

Des troupes russes lors d'une parade militaire sur la place Rouge - Sputnik France
Après la Syrie, Moscou se tourne vers la Tunisie et le Maroc
Les habitants de Damas réalisent qu'il est prématuré d'évoquer la fin de la guerre. Bien qu'après le début de la trêve les obus s'abattent moins souvent sur la ville, les services de sécurité continuent à fouiller les véhicules sur tous les points de passage. Au début de l'année en cours, les terroristes sont parvenus à perpétrer une série d'attaques qui ont coûté la vie à quelque 200 civils. Mais la stabilisation de la situation suite à la trêve laisse les Syriens espérer que le règlement est proche.

"Grâce à l'aviation russe, beaucoup de combattants ont accepté la trêve. Que faire avec Daech et le Front al-Nosra? Mon village, au nord d'Alep, est toujours occupé par des terroristes. Je pense que votre aviation a sauvé la vie de milliers de soldats syriens. Sans votre soutien depuis les airs, leur tâche sera beaucoup plus complexe", juge le chauffeur de taxi Abou-Maher, avant d'ajouter en russe "Spasibo, Rossiya!" (Merci la Russie!).

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала