Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Comment le malheur peut nous rendre plus heureux

© Sputnik . Vladimir Vyatkin / Aller dans la banque de photosEnfants
Enfants - Sputnik France
S'abonner
Des chercheurs sont arrivés à prouver que les traumatismes changent notre vie pour le mieux.

La formule "tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" est bien connue. Cependant, plusieurs chercheurs sont tombés d'accord qu'elle correspond bel et bien à la réalité. Les scientifiques ont appelé ce phénomène la "croissance post-traumatique". 

C'est au moins ça: ce qui attire la femme chez l'homme n'est plus un mystère - Sputnik France
C'est déjà ça: ce qui attire la femme chez l'homme n'est plus un mystère
Ainsi, selon le professeur de l'Université de Nottingham Stephen Joseph, de 30% à 70% de gens ayant traversé des moments difficiles ont ensuite constaté que ces ennuis ont positivement influé sur leur vie.

La croissance post-traumatique consiste en ce que bien des personnes, plutôt que de se laisser emporter par la dépression suite à une tragédie, se sentent plus fortes et prêtes à lancer de nouveaux défis à la vie.

L'adepte de la psychologie positive Stephen Joseph énumère, dans son livre "What Doesn't Kill Us" ("Ce qui ne nous tue pas"), les trois voies principales du développement psychologique de ceux qui ont traversé des coups durs dans leur vie: 

1. Une amélioration des relations interpersonnelles grâce au renforcement de leur capacité de compatir avec ceux qui ont subi un traumatisme.

2. Suite à l'acquisition et au développement d'une force personnelle, une sagesse et une compréhension des conditions de vie réelles. On commence à se considérer différemment.

3. Un changement dans sa philosophie personnelle: revalorisation, établissement de nouvelles priorités, entorse au matérialisme et aspiration à vivre "ici et maintenant".

Argent - Sputnik France
Les problèmes financiers sont une source de douleur physique
Le concept de "croissance post-traumatique" a été formulé par deux psychologues de l'université de la Caroline du Nord au milieu des années 90, Richard Tedeschi et Lawrence Calhoun. Néanmoins, bien avant l'apparition de cette théorie, plusieurs médecins avaient déjà parlé d'une "approche positive de la mort" qui venait contredire la culture du déni.

George Bonanno, psychologue clinique du collège pédagogique de l'Université Columbia, partage ce point de vue. Malgré que la mort d'un proche soit toujours un malheur, il est toujours possible cependant d'en tirer quelque chose de positif. Par exemple, cela peut pousser à améliorer ses connaissances dans le domaine médical et se rapprocher ainsi d'autres personnes.

Shopping - Sputnik France
Ce que les hommes craignent le plus
La croissance post-traumatique est en fait un phénomène fondé sur un paradoxe: la douleur et le sentiment de sa vulnérabilité rend l'homme plus fort. La croissance résulte donc de la lutte pour la survie émotionnelle.

Pourtant, l'essentiel reste d'avoir envie de changer d'état d'âme. Pour se remonter le moral, les médecins conseillent de faire du sport, ne pas se replier sur soi-même, de communiquer avec les autres et trouver une nouvelle raison d'être.


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала