Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Opération turque à Cizre: un comportement indigne d'un pays démocratique

© Sputnik . Ömer Faruk Baran Les ruines d'un immeuble à Cizre
Les ruines d'un immeuble à Cizre - Sputnik France
S'abonner
La Turquie affirme que l'opération militaire dans le sud-est du pays est dirigée contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), considéré par Ankara comme une organisation terroriste. Cependant, des partis pro-kurdes font état de plusieurs centaines de morts parmi les civils à Cizre.

La députée du Parlement européen Marie-Christine Vergiat estime que le comportement de la Turquie dans cette région peuplée par des Kurdes tranche manifestement avec l'image d'un pays démocratique.

Des funérailles au quotidien pour les habitants de Cizre - Sputnik France
Des funérailles au quotidien pour les habitants de Cizre
La Turquie affirme que l'opération militaire menée depuis plusieurs mois dans les régions kurdes du pays est dirigée uniquement contre le PKK. Cependant, selon le Parti démocratique des régions (DBP), une formation pro-kurde, les affrontements à Cizre ont déjà fait plusieurs centaines de morts parmi les civils.

D'après Marie-Christine Vergiat, Ankara se contente de déclarer qu'il s'agit d'un "usage modéré de la force". Cependant, estime la députée européenne, "c'est une réponse diplomatique et qui n'a pas de sens". Elle est persuadée que la répression contre les Kurdes s'aggrave depuis le mois de juillet.

"Le symbole de cette répression, si je peux m'exprimer ainsi, c'est ce qui s'est passé à Cizre. Les images que nous commençons à avoir de Cizre sont hallucinantes. On a l'impression d'être en Syrie, à Alep ou dans une autre ville syrienne, et pas vraiment en Turquie, dans un pays qui se prétend démocratique", a déclaré Mme Vergiat dans une interview à la chaîne de télévision RT.

Destructions à Cizre, Turquie - Sputnik France
Quand la Turquie devient la Syrie: Cizre ravagée par l'armée turque (vidéo)
La chaîne avait auparavant proposé ses documents à Human Rights Watch, à Amnesty International et au Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et les avait appelés à ouvrir une enquête sur les massacres de Kurdes. Or, aucune de ces organisations internationales n'avait manifesté le moindre intérêt pour ces documents.

Seule une pétition adressée au Conseil des droits de l'homme de l'Onu et appuyée par une intervention du ministère russe des Affaires étrangères a amené Amnesty International à se pencher sur la situation des droits de l'homme dans le sud-est de la Turquie.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала