Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Roi jordanien: les terroristes en Europe font partie de la politique turque

© REUTERS / Dado Ruvic/IllustrationRoi jordanien: les terroristes en Europe font partie de la politique turque
Roi jordanien: les terroristes en Europe font partie de la politique turque - Sputnik France
S'abonner
Le roi jordanien Abdallah II a révélé aux parlementaires américains, dans une conversation privée, que le président turc Recep Tayyip Erdogan suggère une solution "islamiste radicale" aux problèmes de la région et que l'infiltration des terroristes en Europe "faisait partie de la politique turque".

Recep Tayyip Erdogan - Sputnik France
Attentats de Bruxelles: la Turquie accuse la Belgique de négligence
Il a également déclaré que, depuis le début de 2016, les forces du Special Air Service (SAS) britanniques sont impliquées dans l'opération en Libye. En outre, les militaires britanniques participaient à la formation d'un bataillon mécanisé dans le sud de la Syrie, qui luttait contre les forces du gouvernement de Bachar el-Assad. Le journal britannique Guardian a réussi à se procurer le contenu de la conversation.

Entre le 11 et le 17 janvier 2016, le roi Abdallah II a informé les membres du congrès américain que, depuis le début de l'année, les forces du SAS ont été déployées en Libye. Selon le journal, le roi a également mis en garde les hommes politiques américains sur les dangers posés par le dirigeant turc.

Ainsi, le chef de l'Etat jordanien a déclaré que le président turc Recep Tayyip Erdogan "croyait en une solution islamiste radicale aux problèmes régionaux". Le roi Abdallah II a noté que "le fait que les terroristes soient envoyés en Europe fait partie de la politique turque, et la Turquie reçoit une tape sur les doigts, mais elle s'en tire toujours".

Terroristes de Daech - Sputnik France
Daech a envoyé 400 terroristes en Europe pour préparer des attentats
Concernant le déploiement des troupes britanniques en Libye, Abdallah II a, plus précisément, indiqué que les forces spéciales jordaniennes seraient "impliquées avec le SAS britannique". Il a également ajouté que les forces spéciales de Londres avaient besoin de l'aide militaire jordanienne parce que "le dialecte jordanien est similaire à celui libyen".

De plus, le roi a affirmé que des soldats britanniques ont participé à la formation d'un bataillon mécanisé dans le sud de la Syrie. Ce bataillon est composé de militants tribaux locaux opposés au président Bachar el-Assad.

"Le problème est beaucoup plus important que l'Etat islamique, c'est une Troisième guerre mondiale, dans laquelle les chrétiens, les juifs et les musulmans se battent contre les hors-la-loi", conclut-il.

Le Guardian a envoyé une demande au ministère britannique de la Défense, mais ce dernier a refusé de la commenter. Pourtant, l'une des sources de l'édition au sénat américain a confirmé la rencontre avec le roi, cependant, elle a refusé de révéler ce dont il avait été question dans la conversation.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала