Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La Grèce au bord d'une catastrophe humanitaire

© REUTERS / Alkis KonstantinidisAn Afghan migrant sits among tents at a makeshift camp for refugees and migrants at the port of Piraeus, near Athens, Greece March 24, 2016.
An Afghan migrant sits among tents at a makeshift camp for refugees and migrants at the port of Piraeus, near Athens, Greece March 24, 2016. - Sputnik France
S'abonner
Le ministre allemand des Affaires étrangères met en garde contre les tentatives de durcir la politique migratoire européenne.

Le sommet UE-Turquie - Sputnik France
Accord UE-Ankara: les migrants arrivant en Grèce seront renvoyés en Turquie
La fermeture de la "route des Balkans" des migrants peut conduire à une catastrophe humanitaire en Grèce, a déclaré le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier dans une interview au journal Berliner Morgenpost.

"De moins en moins de réfugiés arrivent en Europe centrale, parce qu'ils sont obligés de rester en Grèce. Une catastrophe humanitaire a frappé ce pays", a expliqué le chef de la diplomatie allemande.

Selon M. Steinmeier, il est inconcevable pour l'Europe d'"éviter des problèmes en mettant dans l'embarras ses partenaires au sein de l'alliance".

Migrants - Sputnik France
La Turquie intercepte 1.700 réfugiés en route vers la Grèce
Le ministre s'est déclaré favorable à l'accord avec la Turquie sans lequel, selon lui, un groupement de plus 100.000 migrants vivant dans des conditions d'hygiène déplorables se serait formé à la frontière entre la Grèce et la Macédoine.

"Dans ce contexte, la décision de se concentrer sur les frontières extérieures de l'Europe, l'accord avec la Turquie et un appui à la Grèce est une bonne voie", a conclu Frank-Walter Steinmeier.

Selon lui, l'accord avec Ankara est un pas en avant vers le renforcement du contrôle aux frontières permettant de contrer la migration illégale.

La route des Balkans, que les migrants avaient suivie pour atteindre les pays de l'Europe occidentale et nordiques et passant par la Macédoine, la Serbie et la Croatie, a été fermée à la fin du mois de février dernier lorsque les gardes-frontières macédoniens ont cessé de laisser passer les réfugiés se trouvant sur le territoire de la Grèce.

L'accord entre la Turquie et l'Union Européenne, en vigueur depuis le 20 mars dernier, oblige Ankara à accueillir tous les migrants débarquant illégalement en Grèce à partir de la côte turque. De son côté, l'UE, en échange de chaque migrant illégal retourné en Turquie en provenance de Syrie, doit accueillir un réfugié syrien, résidant sur le territoire turc.


Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала