Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les terroristes envisageaient-ils de contaminer l’eau potable bruxelloise ?

S'abonner
Selon des scellés retrouvés dans l'appartement de la rue Max Roos, d'où est parti le commando de l'attentat de Zaventem, les centrales belges et la résidence de Charles Michel à Bruxelles n’étaient pas les seules cibles des kamikazes, qui visaient également les captages d’eau potable.

L'eau potable en Belgique était aussi ciblée par les terroristes, rapporte RTL Info se référant aux résultats des perquisitions menées dans l'appartement de la rue Max Roos, d'où est parti le commando qui a perpétré l'attentat à l'aéroport belge. Un ordinateur trouvé suite aux perquisitions contenait des plans et des photos en rapport avec le Premier ministre Charles Michel, des données concernant des centrales nucléaires mais aussi des informations selon lesquelles les terroristes avaient l'intention de contaminer les sources d'eau potable de la capitale.

Actuellement, les captages d'eau potable belges sont placés sous haute surveillance afin d'éviter toute contamination volontaire, rapporte SudInfo.be. Plusieurs personnes contactées par le journal au sein des sociétés de captage et de distribution d'eau potable témoignent de l'augmentation de la sécurité autour des installations de distribution d'eau.

Dans le même temps ils n'ont pas souhaité s'exprimer davantage sur ce sujet afin de ne pas effrayer la population.

"Vous comprendrez que l'on veuille rester discret sur le sujet" a expliqué Marie-Eve Deltenre, porte-parole de Vivaqua, la compagnie l'intercommunale qui alimente la région bruxelloise en eau.

Attentat de Bruxelles - Sputnik France
Attentat de Bruxelles : quand un hôtel se transforme en hôpital
Les médias locaux ont auparavant rapporté que les kamikazes visaient les centrales nucléaires belges. En démantelant une partie de la cellule lors de l'opération de Forest et l'arrestation de Salah Abdeslam et de son complice Amin Choukri à Molenbeek, les enquêteurs ont peut-être permis d'éviter le pire. De la sorte, les autorités ont forcé la cellule à l'origine des attentats de Bruxelles à accélérer son action et à se détourner de ses cibles premières parmi lesquelles figurait le système nucléaire belge.

Le matin du 22 mars, une double explosion s'est produite à l'aéroport international de Bruxelles, puis une autre à la station de métro Maelbeek, au cœur du quartier européen de la capitale belge. Selon le ministère de l'Intérieur belge, ce sont les frères El Bakraoui qui ont commis les attentats suicides. D'après des rapports récents, l'attaque a tué 32 personnes et plus de 340 ont été blessées.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала