Les nouvelles tendances se dévoilent dans les cimetières de Téhéran

Le plus grand cimetière de Téhéran, Behesht-e Zahra, attire de plus en plus d’adeptes du selfie.

un cimetière de l'Armée rouge, à Milejczyce, dans l'est de la Pologne - Sputnik France
Varsovie condamne la profanation d'un cimetière soviétique
En Iran, les entreprises de pompes funèbres ont commencé à fournir un nouveau service: sculpter des images des défunts pour les pierres tombales dans différents styles, parfois pas très orthodoxes, rapporte l'agence de presse Mehr.

Les femmes sont de plus en plus présentées sur les pierres tombales sans leurs voiles islamiques, ce qui a provoqué des réactions partagées parmi les Iraniennes: les uns donnent une évaluation plus critique tandis que les autres vont aux cimetières pour faire un selfie.

Фото опубликовано @peeegah_cl Апр 7 2016 в 5:32 PDT

"Il est officiellement interdit d'installer des monuments différents de ceux, standardisés, offerts par le service de pompes funèbres de Behesht-e Zahra. Mais beaucoup soudoient la direction du cimetière, et je vois de plus en plus souvent des projets inédits. Cependant, je ne me rappelle pas que quelqu'un ait commandé un monument avec une image sans voile islamique. Probablement, ce sont d'autres ouvriers prennent de tels commandes", a indiqué un vendeur des monuments.

Le coût des monuments originaux varie entre 500 et 10.000 dollars.

L'administration du cimetière s'est refusée à tout commentaire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала