La Pologne "enterre" le plan d’accueil des réfugiés

© AP Photo / Czarek SokolowskiBeata Szydlo, première ministre de Pologne
Beata Szydlo, première ministre de Pologne - Sputnik France
La Pologne ne participera pas à la répartition de 120.000 migrants entre les 28 pays de l'Union européenne.

Dans une interview accordée à Dziennik Gazeta Prawna, le vice-ministre polonais des Affaires étrangères Konrad Szymanski a qualifié de "mort-né" l'accord intervenu en septembre dernier à Bruxelles. Il a signalé que seuls quelques membres de l'UE avaient l'intention de le remplir. 

Riga, Lettonie - Sputnik France
Migrants: la Lettonie refuse d’adopter le nouveau plan d’accueil
L'accord a été adopté par le gouvernement sortant et les conservateurs arrivés au pouvoir faisaient état, jusqu'à ces derniers temps, de leur disposition à accueillir en Pologne 7.000 réfugiés, cela malgré leur critique de ce plan. Cependant la situation a par la suite changé et le ministère polonais des Affaires étrangères a, de fait, annoncé qu’il se retirait du plan. 

"Je ne juge pas possible la mise en œuvre de cette décision, d'autant plus que je ne constate pas que la majorité des pays de l'UE l’appliquent. Cette décision est mort-née. Rien ne permet de dire qu'elle sera mise en œuvre par la majorité des pays de l'UE", a indiqué M.Szymanski. 

Le président du Parlement européen Martin Schulz - Sputnik France
Berlin, Paris et Lisbonne prêts à accueillir 80.000 réfugiés
Il convient de noter que le quota accepté par les autorités polonaises est très faible par rapport au nombre de réfugiés à accueillir dans certains autres pays de l'UE, notamment en Allemagne. Néanmoins, la Pologne est un des adversaires les plus farouches de cet accord. 

Cette position de la Pologne n’est pas une surprise. Le ministre des Affaires étrangères Witold Waszczykowski avait déclaré qu'après les attaques terroristes de Paris et de Bruxelles les autorités polonaises ne pourraient pas accueillir de réfugiés sans obtenir de garanties de sécurité. 

Quelques jours seulement après les attaques de Bruxelles, la première ministre polonaise Beata Szydlo avait publiquement refusé d’accueillir des migrants dans un proche avenir. 

"Les 28 pays de l'Union européenne se sont tombés d'accord pour résoudre ce problème, a-t-elle dit à la chaîne de télévision polonaise Superstacja. Mais je serai absolument franche. Je ne vois pas de possibilité d'accueillir des migrants en Pologne à l’heure actuelle". 


Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала