Un avion de ligne a failli heurter un drone à l’aéroport de Paris

© Sputnik . Maksim Blinov / Aller dans la banque de photosAvion de ligne Airbus, image d'illustration
Avion de ligne Airbus, image d'illustration - Sputnik France
Un pilote d’Aer Lingus affirme avoir évité de peu un drone alors qu’il entamait son approche de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Cependant, l’altitude élevée à laquelle s’est produit l’incident jette le doute sur les dires du pilote.

L’avion de ligne se pose sans train d'atterrissage - Sputnik France
L’avion de ligne se pose sans train d'atterrissage
Un drone a croisé la trajectoire d’un avion de ligne de la compagnie irlandaise Aer Lingus au moment où ce dernier commençait sa manœuvre d’approche pour atterrir à l’aéroport parisien de Roissy-Charles-de-Gaulle, a-t-on appris jeudi de sources concordantes.

Lors de la descente de l’appareil en provenance de Dublin, à une altitude de 7.800 pieds (2.300 mètres environ), le pilote du vol EIN526 d’Aer Lingus a vu passer, à 150 mètres environ sous son aile droite, un drone civil, pourtant censé ne pas dépasser un plafond de 150 mètres, rapporte l'AFP.

Après l’atterrissage, le pilote a signalé à la gendarmerie des transports aériens (GTA) l’incident, qui a eu lieu vers 15 h 30 mercredi, alors que l’Airbus A320 de 174 places survolait le département du Val-d’Oise, à 30 nautiques (environ 55 km) de l’aéroport. "La gendarmerie s’est rendue immédiatement sur la zone, près de Magny-en-Vexin (Val-d’Oise), mais n’a observé la présence d’aucun drone", a déclaré une source aéroportuaire, selon laquelle la vraisemblance du récit du pilote est sujette à caution, compte tenu de l’altitude très élevée pour un drone civil. Elle précise qu’une enquête est en cours, confiée à la GTA.

Oiseaux - Sputnik France
Un avion de ligne endommagé par une collision avec des oiseaux
Ce fait survient après le grave incident du 19 février qui a impliqué un Airbus A320 d’Air France. Ce jour-là, lors de la phase d’approche de Roissy, à 5.500 pieds (1.600 m.), le pilote avait dû déconnecter le pilote automatique et effectuer une manœuvre d’urgence pour éviter un drone, qui était passé cinq mètres sous son aile gauche.

Si certains drones peuvent atteindre plusieurs milliers de mètres d’altitude, des évolutions à une telle altitude restent très étonnantes. 

Dans le cas où un drone heurterait un avion ou serait aspiré par un réacteur, le principal risque viendrait de la batterie au lithium de l’engin, un matériau très inflammable.

Selon un arrêté publié en décembre, les drones ne sont pas autorisés à voler à proximité des aéroports ni à survoler des zones habitées et sont limités à un plafond de 150 mètres à portée de vue de leur opérateur, sauf exception.


Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала