Fonte de glace record en Arctique en 2016

L'été 2016 sera le plus chaud en Arctique depuis 2012. L'influence de l'homme sur le climat de la Terre est égale à celle du Soleil. Doit-il en être fier?

Fonte des glaces dans l'Arctique - Sputnik France
Fonte des glaces dans l'Arctique
Cette année, la fonte des glaces au Pôle Nord établira un nouveau record, effaçant celui de 2012, l'année la plus chaude de l'histoire, a annoncé le Centre Helmholtz pour la recherche marine et polaire (Allemagne).

"Cet hiver, la glace s'est formée très lentement dans beaucoup de régions arctiques. Si on compare l'épaisseur de la glace à celle de 2012, on verra que la glace est aussi fine qu'il y a quatre ans et même plus fine dans certains endroits", a indiqué Marcel Nicolaus, spécialiste des glaces de mer du Centre Helmholtz.

En février, les températures ont été de 8 degrés supérieures à la moyenne dans plusieurs régions de l'Arctique. Toutefois, des experts estiment qu'il n'y a rien de surprenant dans cette tendance.

Réduction record des glaces d'hiver de l'Arctique - Sputnik France
Réduction record des glaces d'hiver de l'Arctique
Selon Alexeï Kokorine, expert du programme Climat et énergie du Fonds mondial pour la nature (WWF), la superficie de la banquise arctique ne cesse de diminuer ces trente dernières années, mais il s'agit d'un phénomène cyclique: la limite des glaces revient à peu près à la même latitude tous les cinq ans avant de reculer pendant un autre cycle de cinq ans.

Ces cycles coïncident avec le cycle solaire de 10-11 ans. L'homme a donc un "complice", le Soleil. 

La superficie des glaces polaires a été à son minimum précédent en 2012.

Dans cette optique, "en 2017, il y aura encore moins de glace en Arctique qu'en 2016. Mais la limite des glaces avancera au sud d'ici 2019", affirme M.Kokorine.

La base arctique russe Barneo - Sputnik France
La base arctique russe Barneo

Les courants marins contribuent aussi à la fonte des calottes glaciaires et au réchauffement climatique, bien qu'on n'en ait pas encore étudié les raisons.

Selon les scientifiques, les années 2030 seront beaucoup plus froides que les années 2010 en raison de la baisse de l'activité solaire.

Ne jetez donc pas vos poêles, vous en aurez encore besoin.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала