Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Les sous-marins australiens construits par Paris, mais armés… par Washington?

© Sputnik . Alexei Filippov / Aller dans la banque de photosEuronaval 2014
Euronaval 2014 - Sputnik France
S'abonner
L'Australie a octroyé à la France un mégacontrat pour construire ses sous-marins nouvelle génération mais ce sont les Etats-Unis qui équiperont les vaisseaux de systèmes d'armes ultra-secrets.

DCNS - Sputnik France
Le constructeur des Mistral décroche le contrat du siècle avec l'Australie
Le groupe français DCNS, spécialiste du naval de défense détenu par l'Etat et Thales, a remporté la semaine dernière un contrat à 50 milliards de dollars australiens (34 milliards d'euros).

DCNS doit construire 12 sous-marins d'attaque, une nouvelle version conventionnelle de son Barracuda, qui sera baptisée le Shortfin Barracuda.

Mais les systèmes d'armes et de combat qui équiperont ces sous-marins seront américains. Le géant américain Lockheed Martin, qui est dans la course, a expliqué qu'il s'agissait "en fait des yeux, des oreilles et de l'épée du bateau".

L'Australie n'a pas fait mystère du fait qu'elle préférait le système américain AN/BYG-1 ainsi que les torpilles australo-américaines Mark-48 comme armes principales.

Les avions Rafale - Sputnik France
Paris, peut-il battre son record de ventes d'armes à l'étranger en 2016?
Mais le choix n'a pas encore été fait pour désigner la société qui intègrera le système, lequel vise essentiellement à détecter et suivre des cibles. L'américain Raytheon serait également intéressé.

En tant qu'allié proche de Canberra, Washington a suivi de près la procédure d'appel d'offres. Deux retraités de la marine américaine, le vice-amiral Paul Sullivan et le contre-amiral Tom Eccles ont passé au crible les offres techniques, indique l'AFP.

D'après les médias, Washington aurait dit initialement sa préférence pour le Japon, en raison de ses liens avec la marine américaine, alors que les deux alliés s'inquiètent de l'attitude de la Chine en mer de Chine méridionale, objet d'âpres contentieux territoriaux entre Pékin et les capitales régionales.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала