Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Stoltenberg: pas de confrontation entre l'Otan et la Russie?

© REUTERS / Yves HermanJens Stoltenberg
Jens Stoltenberg - Sputnik France
S'abonner
L'Otan ne veut pas de nouvelle guerre froide avec la Russie, mais reste toutefois une alliance nucléaire, assure son secrétaire général, Jens Stoltenberg.

Les pays de l'Otan ne veulent pas de confrontation ou de nouvelle guerre froide avec la Russie, a déclaré le secrétaire général de l'Alliance atlantique, Jens Stoltenberg, dans une interview accordée au quotidien allemand Die Welt.

"Nous ne voulons pas de course aux armements" a annoncé le responsable, ajoutant que pour continuer le dialogue politique avec la Russie, les pays de l'Otan devaient être "résolus, raisonnables et forts".

A la question de savoir s'il estimait nécessaire de changer la stratégie nucléaire de l'Alliance envers la Russie, le secrétaire général de l'Otan a répondu que l'Otan était "plus loin que jamais de se servir de l'arme nucléaire, mais tant qu'elle existait dans le monde, l'Otan resterait une alliance nucléaire".

NATO Secretary-General Jens Stoltenberg holds a news conference during a meeting of the NATO foreign affairs ministers at the Alliance headquarters in Brussels - Sputnik France
L'Otan s'apprête à déployer 4.000 militaires dans les pays baltes
En février 2016, Jens Stoltenberg a annoncé que les ministres de la Défense des 28 pays membres de l'Otan avaient approuvé, lors d'une réunion à Bruxelles, une proposition de renforcer la présence militaire de l'Alliance dans l'Europe de l'Est, la Méditerranée orientale et la mer Noire. Il a également déclaré que les décisions concrètes sur le renforcement de la présence militaire aux frontières Est de l'Otan seraient adoptées par un sommet de l'Alliance qui se déroulerait en juillet 2016 à Varsovie. 

"Ce que nous faisons actuellement dans les pays baltes et en Pologne ne signifie nullement une augmentation sensible du nombre de nos forces armées", a indiqué le responsable, soulignant qu'il ne pensait pas que la Russie avait l'intention d'attaquer un pays membre de l'Otan. 

"Il est important que nous tenions ouverts les canaux pour le dialogue politique et trouvions de nouvelles voies permettant de faire baisser la tension et éviter des ennuis, alors la question d'une rencontre Russie-Otan avant le sommet de Varsovie reste ouverte", a ajouté Jens Stoltenberg.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала