Créé pour survivre à Internet, un quotidien britannique jette l'éponge

© Fotolia / Elis LasopDes journaux, image d'illustration
Des journaux, image d'illustration - Sputnik France
Soyons honnêtes, ce ne sont plus la télé, la radio ou la presse écrite qui dominent le monde de l'information. Aujourd'hui, c'est Internet qui y règne en maître.

Et bien que l'information sur Internet s'avère souvent insuffisamment fiable, les gens ont quand même tendance à déserter la presse écrite.

Lancée dans l'espoir que la presse imprimée puisse survivre à l'ère Internet, l'aventure de la rédaction du journal New Day aura duré neuf semaines seulement. La publication du journal, unique nouveau quotidien généraliste depuis trente ans au Royaume-Uni, s'arrêtera vendredi 6 mai. En cause: des ventes insuffisantes, un fléau qui touche des journaux imprimées partout dans le monde.

"Bien que The New Day ait reçu de nombreuses critiques positives et suscité un fort engouement sur Facebook, la diffusion du titre reste en dessous de nos attentes", explique sa maison mère, le groupe de médias Trinity Mirror qui publie quelque 150 titres au Royaume-Uni et en Irlande, dont le Daily Mirror.

Une librairie de Moscou: rayon des livres consacrés à la capitale russe - Sputnik France
Pour un journal UK, les Russes lisent les grands classiques par peur de Poutine
The New Day avait été lancé fin février dans un secteur marqué par l'érosion du lectorat et des revenus publicitaires. Orienté vers la consommation et les modes de vie, le journal visait "un large public de femmes et d'hommes qui cherchent quelque chose de différent et actuellement introuvable", avait alors indiqué Trinity Mirror.

La presse écrite traverse des temps difficiles: la crise a touché fin mars un autre quotidien britannique, The Independent, contraint de passer au tout numérique en raison de ventes en chute libre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала