Qui sont les motards Loups de la nuit qui roulent sur Berlin

© Sputnik . Valeriy Melnikov / Aller dans la banque de photosLoups de la nuit
Loups de la nuit - Sputnik France
Aujourd'hui à Vienne, demain à Prague, le 8 avril à Dresde. Berlin, leur principale destination, suivra le 9 mai, le Jour de la Victoire sur l'Allemagne nazie.

Qui sont-ils ces motards qui en prévision de cette fête sacrée pour tant de personnes empruntent encore et encore la "route de la Victoire" et que signifie pour eux ce trajet? Sputnik s'est entretenu avec Andreï Bobrovski, chef des Loups de la Nuit.

Le thème de la Seconde Guerre mondiale m'est proche, avoue le motard. Notre interlocuteur avoue descendre d'une famille de militaires.

"Deux de mes arrière-grand-pères sont tombés lors de la Seconde Guerre mondiale, mes deux grands-pères et mon père sont militaires", explique-t-il. D'ailleurs, ses deux filles ont hérité de cette passion pour la Seconde Guerre mondiale et adorent que leur père leur lise des livres traitant de ce sujet.

Aujourd'hui ils sont à Vienne, en Autriche, demain leur convoi arrivera à Prague où les motards déposeront des fleurs au cimetière où gisent des soldats soviétiques, puis visiteront une église orthodoxe et offriront à la paroisse une icône.

"C'est une sorte de pèlerinage. Nous arrivons dans les cathédrales, offrons des icônes, nous avons reçu la bénédiction des frères de la Laure de la Trinité-Saint-Serge", relate-t-il.

Loups de la nuit - Sputnik France
Les motards russes Loups de la nuit repartent pour Berlin
Interrogé sur ses camardes du club, il dit sans hésitation que ce sont des gens ordinaires, des "gens paisibles qui marchent sur terre". "Vitali Kouznetsov est propriétaire d'une société produisant des radiateurs de chauffage. Denis Aksionov est comptable chez une des principales compagnies de construction en Russie", explique Andreï, lui-même titulaire de deux diplômes universitaires.

Pour eux, le club de moto est devenu une seconde famille. "C'est une passion qui fait partie de notre vie", avoue Andreï Bobrovski.

Leur destination est Berlin, ville où en mai 1945 le drapeau de l'Armée rouge a été hissé au sommet du Reichstag en signe de victoire sur le nazisme. L'année dernière, Andreï, dont le visa a été annulé en Pologne, n'a pas pu s'y rendre. Mais il espère que cette année il parviendra à mener à terme son parcours, celui de la Victoire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала