MSF refuse de participer au Sommet humanitaire mondial

© AP Photo / Massoud HossainiMédecins sans frontières (MSF)
Médecins sans frontières (MSF) - Sputnik France
Médecins sans frontières (MSF), organisation caritative qui assure de l’aide médicale dans des endroits chauds de la planète, a décidé de ne pas participer au Sommet humanitaire mondial (WHS) qui se tiendra au cours du mois de mai.

Selon l'annonce publiée sur le site de MSF, l'organisation refuse de participer au forum international à cause de la situation insupportable autour du fonctionnement de ses hôpitaux à travers le monde. C'est une décision prononcée avec regret.

In this Wednesday, Oct. 14, 2015 photo, the charred remains of the Doctors Without Borders hospital is seen after being hit by a U.S. airstrike in Kunduz, Afghanistan. - Sputnik France
Rapport sur l'attaque de l'hôpital de MSF à Kunduz: "une erreur", selon le Pentagone
L'année dernière, 75 hôpitaux dirigés ou soutenus par MSF ont subi des bombardements qui sont intervenus en violation des droits fondamentaux accordant un statut protégé aux structures médicales et à leurs patients. Ce statut est octroyé aux hôpitaux indépendamment de si ils traitent des civils ou des combattants.

MSF souligne que des civils sont blessés ou tués dans de nombreuses régions, en particulier, en Syrie, en Afghanistan, au Soudan du Sud et au Yémen. L'organisation indique également que l'attitude envers les réfugiés en Europe, et dans d'autres régions du monde, a montré un manque choquant d'approche humanitaire.

Dans cette situation, le Sommet humanitaire mondial pourrait permettre de discuter de tous ces problèmes urgents. Bien que MSF ait été engagé de façon active dans le processus lancé par le WHS pendant les 18 derniers mois, actuellement, l'organisation ne considère pas le sommet comme un évènement perspectif.

Ayant adopté une attitude critique envers le Sommet humanitaire mondial, MSF estime que le forum serait marqué par des obligations prononcées par ses participants, soit par les Etats ou par les structures au sein de l'Organisation des nations unies (Onu). Mais, dans le même temps, mettre les Etats au même niveau que les structures non-gouvernementales ou celles de l'Onu, privées de tels pouvoirs, c'est réduire la responsabilité des Etats.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала