17 familles de victimes des attentats de Paris porteront plainte contre Bruxelles

© REUTERS / Police Nationale/Handout Handout picture shows Belgian-born Abdeslam Salah seen on a call for witnesses notice released by the French Police Nationale information services on their twitter account November 15, 2015
Handout picture shows Belgian-born Abdeslam Salah seen on a call for witnesses notice released by the French Police Nationale information services on their twitter account November 15, 2015 - Sputnik France
Ils accusent l'État belge de n'avoir pris aucune mesure à l'encontre des terroristes alors qu'il disposait de renseignements permettant d'empêcher les attaques.

Les photos de Salah Abdeslam (G) et de Mohamed Abrini (D) - Sputnik France
Avant les attentats de Paris, Abdeslam posait sur Facebook devant un drapeau de l'EI
Dix-sept familles des victimes des attentats terroristes à Paris du 13 novembre 2015 s'apprêtent à déposer une plainte contre la Belgique devant les tribunaux belge, annonce la station radio belge RTL.

Elles accusent l'État belge de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour éviter les fusillades qui ont frappé l'est de Paris et Saint-Denis le soir du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts et plus de 400 blessés. Les familles des victimes reprochent à la Belgique des défaillances dans la surveillance des frères Brahim, dont l'un faisait partie des kamikazes de Paris, et de Salah Abdeslam, le seul survivant des commandos, alors que les services de renseignement belges disposaient d'informations qui auraient dû les mettre en alerte. Ces accusations reposent sur les conclusions d'un rapport confidentiel réalisé par le comité P, la police des polices belge, que RTL a pu consulter.

Ce rapport met en lumière une série de manquements qui ont permis à Salah Abdeslam et son frère d'échapper à la surveillance dont ils auraient dû faire l'objet. Début février 2015 par exemple, un informateur a livré des éléments cruciaux sur Salah Abdeslam à la police locale, affirmant qu'il serait en contact avec Abdelhamid Abbaoud, le futur commanditaire des attentats de Paris, et prêt à se rendre en Syrie. Un avis de recherche urgent a été lancé contre le Belge, mais sans résultat. C'est finalement Salah Abdeslam lui-même qui s'est rendu au commissariat de Molenbeek pour être entendu. Il a été relâché après avoir affirmé qu'Abbaoud était une vieille connaissance.

Police dans le hall du Palais de Justice - Sputnik France
Salah Abdeslam à Paris pour être interrogé par les juges
Son téléphone a été saisi, mais sa téléphonie n'a été analysée qu'après le 13 novembre. Le parquet fédéral a bien été saisi, mais faute de moyens, le dossier a été gelé puis mis en attente. En juin 2015, il a été classé sans suite. Seule une surveillance discrète a été maintenue. Dès lors, plus aucune information n'a été transmise à la justice. Il y a eu pourtant des alertes. Le voyage de Salah Abdeslam en Grèce, son aller-retour en Autriche pour récupérer des djihadistes et ce drapeau de l'État islamique arboré fièrement sur sa page Facebook, trois semaines seulement avant les attaques de Paris. Mais il était déjà trop tard, le terroriste ayant disparu des radars.

"Malgré des alertes lancées par les différentes surveillances de personnes susceptibles de passer à des actions armées, il n'y a jamais eu de judiciarisation de ces personnes dont on avait la certitude qu'ils étaient radicalisés", regrette l'avocate des familles des victimes, Samia Maktouf. "Le résultat, on le connaît: c'est le décès de plusieurs personnes innocentes. Nous allons demander la condamnation de l'État belge pour que plus jamais de tels dysfonctionnements ne puissent se répéter".


Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала