Des djihadistes dans les aéroports de Paris?

© AFP 2022 Yoshikazu TsunoRoissy-Charles-de-Gaulle
Roissy-Charles-de-Gaulle - Sputnik France
Alors que l'enquête sur le crash de l'avion EgyptAir continue, les autorités de Paris font face au problème de dépistage d'éventuels extrémistes parmi les bagagistes.

Minute de silence en mémoire des victimes des attentats du 13 novembre à Paris - Sputnik France
"La France est toujours dans le collimateur de Daech"
Une éventuelle présence de personnes sympathisant avec les terroristes parmi les employés des aéroports de Paris était redoutée il y a dix ans déjà, rapporte Erin Zaleski dans un article écrit conjointement avec Christopher Dickey pour The Daily Beast.

En décembre dernier, après les attentats perpétrés dans différents endroits de Paris, près de 70 employés d'aéroports ayant accès aux avions posés sur terre auraient été privés de leurs "badges rouges" (autorisant cet accès, ndlr) pour avoir éveillé les soupçons de la police.

Vol EgyptAir - Sputnik France
Vol EgyptAir: impossible de ne pas penser à un acte terroriste
Par le passé, la police a déjà effectué des opérations de neutralisation de réseaux criminels impliquant des bagagistes liés à des islamistes radicaux.

Après le crash de l'avion d'EgyptAir parti depuis l'aéroport de Roissy pour tomber ensuite dans la mer Méditerranée en route vers le Caire, les préoccupations concernant le personnel au sol se sont encore aggravées. Mais il est difficile de régler ce problème, étant donné que la collecte d'informations sur l'appartenance ethnique, raciale ou religieuse des employés peut paraître inacceptable, mais aussi du fait de la complexité du droit du travail en France, note l'article.

"Le système existant est hostile à la police et aux forces de l'ordre", a confié au Daily Beast un représentant d'une compagnie de sécurité travaillant avec les aéroports.

Le droit français interdit strictement la discrimination religieuse, ethnique ou raciale, tout comme le droit américain, mais à la différence de celui-ci, il va jusqu'à interdire même la conservation de telles informations. Aussi les décisions sur le personnel soupçonné sont-elles adoptées uniquement en se basant sur le comportement des employés. Or, il est difficile de comprendre quelles démarches peuvent être liées aux activités religieuses radicales, concluent les auteurs de l'article.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала