L'Occident prêt à contourner Merkel pour affaiblir les sanctions?

© Sputnik . Photo-Host Agency / Aller dans la banque de photosПраздничный концерт, посвященный 70-летию Победы в Великой Отечественной войне 1941-1945 годов
Праздничный концерт, посвященный 70-летию Победы в Великой Отечественной войне 1941-1945 годов - Sputnik Afrique
Le soutien aux sanctions imposées par l'Occident contre la Russie s'affaiblit de jour en jour, mais Washington et Bruxelles n'ont pas envie de céder trop rapidement et sont obligés de manœuvrer pour sauver la face.

Auparavant, la détermination de prolonger les sanctions était basée sur les positions inflexibles des Etats-Unis et de la chancelière allemande Angela Merkel, mais maintenant les obstacles à l'abolition des mesures antirusses deviennent de moins en moins nombreux, rapporte l'agence Bloomberg.

La secrétaire d'Etat adjointe américaine Victoria Nuland a essayé de convaincre les autorités ukrainiennes de respecter leur part des accords de Minsk. Toutefois, Kiev a montré une intransigeance extrême. Cette intransigeance doublée d'une crise politique permanente, le manque de réformes économiques et la corruption rampante ont conduit Washington a retirer son soutien à l'Ukraine, souligne l'agence.

Le ministre allemand de l'Economie Siegmar Gabriel (C) entre la chancelière Angela Merkel et le premier ministre bavaroise et le chef de l'Union chrétienne-sociale (CSU) Horst Seehofer lors d'une conférence de nouvelles à la Chancellerie à Berlin, Allemagne, 14 Avril 2016. - Sputnik Afrique
Atténuer les sanctions antirusses pour sauver l'UE, la nouvelle stratégie de l’Allemagne
Quant à Mme Merkel, elle a largement perdu son capital politique, qui lui permettait de rester attachée à une position de principe sur la question des sanctions. Après qu'elle a insisté pour conclure un accord avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, les Allemands ont compris que la politique de la chancelière était pleine de doubles standards. Cela est d'autant plus vrai concernant les mesures antirusses, qui n'ont pratiquement aucun sens, ni économique ni politique.

Les relations diplomatiques entre la Russie et l'Allemagne deviennent de plus en plus intenses, et des représentants des milieux d'affaires plaident depuis longtemps pour la levée des sanctions. Dans ce cas, même si l'Occident n'arrive pas à lever formellement l'ensemble de ces restrictions, il peut quelque peu modifier sa stratégie.

"Les dirigeants politiques de l'UE ont à plusieurs reprises déclaré que les sanctions ne seraient pas levées avant la pleine mise en œuvre des accords de Minsk. Mais ils n'ont jamais parlé du fait qu'ils ne pouvaient pas changer le +menu+ des sanctions", estime l'agence.

Même si les sanctions sont susceptibles d'être prolongées cet été, leur assouplissement doit commencer dans les prochains mois, conclut Bloomberg.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала