Un ministre chinois critique une journaliste canadienne

© REUTERS / Wu Hong/PoolUn ministre chinois critique une journaliste qui l'interroge sur les droits de l'homme
Un ministre chinois critique une journaliste qui l'interroge sur les droits de l'homme - Sputnik Afrique
Le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a vigoureusement critiqué une question relative aux droits de l'homme en Chine posée par une journaliste canadienne lors de la conférence de presse commune avec le ministre canadien des Affaires étrangères Stéphane Dion.

Au Canada, lors d'une conférence de presse au siège du ministère des Affaires mondiales, une journaliste du site iPolitics a demandé à Stéphane Dion si le Canada allait profiter de ses relations avec la Chine pour aborder la question du respect des droits de l'homme.

A cet égard, la journaliste a notamment voulu savoir si les hommes d'Etat avaient abordé le cas d'un citoyen canadien, Kevin Garratt, emprisonné en Chine pour espionnage.

L'Inde dépasse la Chine en termes de croissance économique - Sputnik Afrique
L'Inde dépasse la Chine en termes de croissance économique

Même si cette question imprudente n'était pas adressée au fonctionnaire chinois, il a quand même préféré y répondre. Wang Yi a qualifié la question d'inacceptable et a déclaré qu'elle était pleine d'arrogance et de préjugés contre la Chine.

A cet égard, le haut responsable a demandé à la journaliste si elle s'était déjà rendue en Chine et si elle comprenait ce pays. Il lui a toutefois rappelé que la Chine avait fait sortir 600 millions de gens de la pauvreté et qu'à présent le pays était la deuxième puissance économique mondiale.

Le président chinois Xi Jinping est accueilli par son homologue russe Vladimir Poutine lors de la cérémonie d'ouverture de L'Année du tourisme chinois en Russie à Moscou - Sputnik Afrique
Le virage économique russe vers la Chine

"Pensez-vous que le développement en Chine serait possible sans la protection des droits de l'homme? Saviez-vous que la protection et la promotion des droits de l'homme sont inscrites dans la constitution chinoise?", a demandé Wang Yi, visiblement très irrité.

Il a ensuite demandé à la journaliste de ne plus poser de questions "irresponsables".

Pour sa part, le ministre canadien des Affaires étrangères Stéphane Dion a précisé que la question de l'emprisonnement de Kevin Garratt avait bien été abordée. Il a également déclaré que les fonctionnaires avaient eu "une conversation franche et honnête à propos des droits de l'homme et des affaires consulaires".

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала